Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mai 2015 5 01 /05 /mai /2015 15:55
Corrida de competencia pour cette deuxième journée de la Feria de la Crau avec une confirmation, celle de la classe de Morenito de Aranda qui sort grand vainqueur de cette tarde après avoir coupé une oreille de chacun de ses adversaires.  Une belle revanche pour le garçon qui aurait dû sortir a hombros lors de la précédente édition de la Feria si l’épée avait été au rendez-vous.  Hélas la pluie s’invita aux débats à mi-course et gâcha un peu la tarde. Les aficionados restèrent pourtant nombreux sur les gradins (trois-quart d’entrée au départ). Rendons leur hommage car il fallait pas mal d’aficion pour rester sous la pluie et encourager les piétons.

Corrida de competencia pour cette deuxième journée de la Feria de la Crau avec une confirmation, celle de la classe de Morenito de Aranda qui sort grand vainqueur de cette tarde après avoir coupé une oreille de chacun de ses adversaires. Une belle revanche pour le garçon qui aurait dû sortir a hombros lors de la précédente édition de la Feria si l’épée avait été au rendez-vous. Hélas la pluie s’invita aux débats à mi-course et gâcha un peu la tarde. Les aficionados restèrent pourtant nombreux sur les gradins (trois-quart d’entrée au départ). Rendons leur hommage car il fallait pas mal d’aficion pour rester sous la pluie et encourager les piétons.

... SOUVENIR AIME GALLON ATTRIBUE A "DESESTIERTO" ... GANADERIA GALLON FRERES ......

... SOUVENIR AIME GALLON ATTRIBUE A "DESESTIERTO" ... GANADERIA GALLON FRERES ......

... MORENITO DE ARANDA ... 2 OREILLES (1 & 1) ... SORTIE A HOMBROS SOUS LA PLUIE ...

... MORENITO DE ARANDA ... 2 OREILLES (1 & 1) ... SORTIE A HOMBROS SOUS LA PLUIE ...

... 3/4 D'ARENE POUR CETTE CORRIDA ... OPERATION "TARIF CLUBS TAURINS" POSITIVE ...

... 3/4 D'ARENE POUR CETTE CORRIDA ... OPERATION "TARIF CLUBS TAURINS" POSITIVE ...

... L'EVOLUTION DE LA METEO AU COURS DE LA TARDE ... DE NUAGEUX A DELUGE FINAL ...
... L'EVOLUTION DE LA METEO AU COURS DE LA TARDE ... DE NUAGEUX A DELUGE FINAL ...
... L'EVOLUTION DE LA METEO AU COURS DE LA TARDE ... DE NUAGEUX A DELUGE FINAL ...

... L'EVOLUTION DE LA METEO AU COURS DE LA TARDE ... DE NUAGEUX A DELUGE FINAL ...

... ATTENTION MESDAMES ET MESSIEURS ... DANS UN INSTANT ... CA VA COMMENCER ...
... ATTENTION MESDAMES ET MESSIEURS ... DANS UN INSTANT ... CA VA COMMENCER ...
... ATTENTION MESDAMES ET MESSIEURS ... DANS UN INSTANT ... CA VA COMMENCER ...
... ATTENTION MESDAMES ET MESSIEURS ... DANS UN INSTANT ... CA VA COMMENCER ...
... ATTENTION MESDAMES ET MESSIEURS ... DANS UN INSTANT ... CA VA COMMENCER ...
... ATTENTION MESDAMES ET MESSIEURS ... DANS UN INSTANT ... CA VA COMMENCER ...
... ATTENTION MESDAMES ET MESSIEURS ... DANS UN INSTANT ... CA VA COMMENCER ...
... ATTENTION MESDAMES ET MESSIEURS ... DANS UN INSTANT ... CA VA COMMENCER ...

... ATTENTION MESDAMES ET MESSIEURS ... DANS UN INSTANT ... CA VA COMMENCER ...

« Desestierto » de Gallon Frères pour Morenito de Aranda. Bien accueilli par quatre jolies véroniques et demie, le bicho chargea le cheval avec fijeza lors des trois rencontres, prenant successivement une courte ration de fer puis  deux autres traseritas en partant du centre du ruedo. Palmas pour les deux protagonistes. Hélas une vuelta de campana vint amoindrir ses forces. Noble et de bonne humiliation, il permit au torero de Valladolid de courir la main lors de muletazos ambidextres profonds et templés, la souplesse de ceinture et de poignet du garçon donnant une dimension supplémentaire à son travail. On regrettera quelques génuflexions dues à un premier tiers peut-être trop éprouvant. Entière rasera pour en finir et première oreille de la tarde.
« Desestierto » de Gallon Frères pour Morenito de Aranda. Bien accueilli par quatre jolies véroniques et demie, le bicho chargea le cheval avec fijeza lors des trois rencontres, prenant successivement une courte ration de fer puis  deux autres traseritas en partant du centre du ruedo. Palmas pour les deux protagonistes. Hélas une vuelta de campana vint amoindrir ses forces. Noble et de bonne humiliation, il permit au torero de Valladolid de courir la main lors de muletazos ambidextres profonds et templés, la souplesse de ceinture et de poignet du garçon donnant une dimension supplémentaire à son travail. On regrettera quelques génuflexions dues à un premier tiers peut-être trop éprouvant. Entière rasera pour en finir et première oreille de la tarde.
« Desestierto » de Gallon Frères pour Morenito de Aranda. Bien accueilli par quatre jolies véroniques et demie, le bicho chargea le cheval avec fijeza lors des trois rencontres, prenant successivement une courte ration de fer puis  deux autres traseritas en partant du centre du ruedo. Palmas pour les deux protagonistes. Hélas une vuelta de campana vint amoindrir ses forces. Noble et de bonne humiliation, il permit au torero de Valladolid de courir la main lors de muletazos ambidextres profonds et templés, la souplesse de ceinture et de poignet du garçon donnant une dimension supplémentaire à son travail. On regrettera quelques génuflexions dues à un premier tiers peut-être trop éprouvant. Entière rasera pour en finir et première oreille de la tarde.
« Desestierto » de Gallon Frères pour Morenito de Aranda. Bien accueilli par quatre jolies véroniques et demie, le bicho chargea le cheval avec fijeza lors des trois rencontres, prenant successivement une courte ration de fer puis  deux autres traseritas en partant du centre du ruedo. Palmas pour les deux protagonistes. Hélas une vuelta de campana vint amoindrir ses forces. Noble et de bonne humiliation, il permit au torero de Valladolid de courir la main lors de muletazos ambidextres profonds et templés, la souplesse de ceinture et de poignet du garçon donnant une dimension supplémentaire à son travail. On regrettera quelques génuflexions dues à un premier tiers peut-être trop éprouvant. Entière rasera pour en finir et première oreille de la tarde.
« Desestierto » de Gallon Frères pour Morenito de Aranda. Bien accueilli par quatre jolies véroniques et demie, le bicho chargea le cheval avec fijeza lors des trois rencontres, prenant successivement une courte ration de fer puis  deux autres traseritas en partant du centre du ruedo. Palmas pour les deux protagonistes. Hélas une vuelta de campana vint amoindrir ses forces. Noble et de bonne humiliation, il permit au torero de Valladolid de courir la main lors de muletazos ambidextres profonds et templés, la souplesse de ceinture et de poignet du garçon donnant une dimension supplémentaire à son travail. On regrettera quelques génuflexions dues à un premier tiers peut-être trop éprouvant. Entière rasera pour en finir et première oreille de la tarde.
« Desestierto » de Gallon Frères pour Morenito de Aranda. Bien accueilli par quatre jolies véroniques et demie, le bicho chargea le cheval avec fijeza lors des trois rencontres, prenant successivement une courte ration de fer puis  deux autres traseritas en partant du centre du ruedo. Palmas pour les deux protagonistes. Hélas une vuelta de campana vint amoindrir ses forces. Noble et de bonne humiliation, il permit au torero de Valladolid de courir la main lors de muletazos ambidextres profonds et templés, la souplesse de ceinture et de poignet du garçon donnant une dimension supplémentaire à son travail. On regrettera quelques génuflexions dues à un premier tiers peut-être trop éprouvant. Entière rasera pour en finir et première oreille de la tarde.
« Desestierto » de Gallon Frères pour Morenito de Aranda. Bien accueilli par quatre jolies véroniques et demie, le bicho chargea le cheval avec fijeza lors des trois rencontres, prenant successivement une courte ration de fer puis  deux autres traseritas en partant du centre du ruedo. Palmas pour les deux protagonistes. Hélas une vuelta de campana vint amoindrir ses forces. Noble et de bonne humiliation, il permit au torero de Valladolid de courir la main lors de muletazos ambidextres profonds et templés, la souplesse de ceinture et de poignet du garçon donnant une dimension supplémentaire à son travail. On regrettera quelques génuflexions dues à un premier tiers peut-être trop éprouvant. Entière rasera pour en finir et première oreille de la tarde.
« Desestierto » de Gallon Frères pour Morenito de Aranda. Bien accueilli par quatre jolies véroniques et demie, le bicho chargea le cheval avec fijeza lors des trois rencontres, prenant successivement une courte ration de fer puis  deux autres traseritas en partant du centre du ruedo. Palmas pour les deux protagonistes. Hélas une vuelta de campana vint amoindrir ses forces. Noble et de bonne humiliation, il permit au torero de Valladolid de courir la main lors de muletazos ambidextres profonds et templés, la souplesse de ceinture et de poignet du garçon donnant une dimension supplémentaire à son travail. On regrettera quelques génuflexions dues à un premier tiers peut-être trop éprouvant. Entière rasera pour en finir et première oreille de la tarde.
« Desestierto » de Gallon Frères pour Morenito de Aranda. Bien accueilli par quatre jolies véroniques et demie, le bicho chargea le cheval avec fijeza lors des trois rencontres, prenant successivement une courte ration de fer puis  deux autres traseritas en partant du centre du ruedo. Palmas pour les deux protagonistes. Hélas une vuelta de campana vint amoindrir ses forces. Noble et de bonne humiliation, il permit au torero de Valladolid de courir la main lors de muletazos ambidextres profonds et templés, la souplesse de ceinture et de poignet du garçon donnant une dimension supplémentaire à son travail. On regrettera quelques génuflexions dues à un premier tiers peut-être trop éprouvant. Entière rasera pour en finir et première oreille de la tarde.
« Desestierto » de Gallon Frères pour Morenito de Aranda. Bien accueilli par quatre jolies véroniques et demie, le bicho chargea le cheval avec fijeza lors des trois rencontres, prenant successivement une courte ration de fer puis  deux autres traseritas en partant du centre du ruedo. Palmas pour les deux protagonistes. Hélas une vuelta de campana vint amoindrir ses forces. Noble et de bonne humiliation, il permit au torero de Valladolid de courir la main lors de muletazos ambidextres profonds et templés, la souplesse de ceinture et de poignet du garçon donnant une dimension supplémentaire à son travail. On regrettera quelques génuflexions dues à un premier tiers peut-être trop éprouvant. Entière rasera pour en finir et première oreille de la tarde.
« Desestierto » de Gallon Frères pour Morenito de Aranda. Bien accueilli par quatre jolies véroniques et demie, le bicho chargea le cheval avec fijeza lors des trois rencontres, prenant successivement une courte ration de fer puis  deux autres traseritas en partant du centre du ruedo. Palmas pour les deux protagonistes. Hélas une vuelta de campana vint amoindrir ses forces. Noble et de bonne humiliation, il permit au torero de Valladolid de courir la main lors de muletazos ambidextres profonds et templés, la souplesse de ceinture et de poignet du garçon donnant une dimension supplémentaire à son travail. On regrettera quelques génuflexions dues à un premier tiers peut-être trop éprouvant. Entière rasera pour en finir et première oreille de la tarde.
« Desestierto » de Gallon Frères pour Morenito de Aranda. Bien accueilli par quatre jolies véroniques et demie, le bicho chargea le cheval avec fijeza lors des trois rencontres, prenant successivement une courte ration de fer puis  deux autres traseritas en partant du centre du ruedo. Palmas pour les deux protagonistes. Hélas une vuelta de campana vint amoindrir ses forces. Noble et de bonne humiliation, il permit au torero de Valladolid de courir la main lors de muletazos ambidextres profonds et templés, la souplesse de ceinture et de poignet du garçon donnant une dimension supplémentaire à son travail. On regrettera quelques génuflexions dues à un premier tiers peut-être trop éprouvant. Entière rasera pour en finir et première oreille de la tarde.
« Desestierto » de Gallon Frères pour Morenito de Aranda. Bien accueilli par quatre jolies véroniques et demie, le bicho chargea le cheval avec fijeza lors des trois rencontres, prenant successivement une courte ration de fer puis  deux autres traseritas en partant du centre du ruedo. Palmas pour les deux protagonistes. Hélas une vuelta de campana vint amoindrir ses forces. Noble et de bonne humiliation, il permit au torero de Valladolid de courir la main lors de muletazos ambidextres profonds et templés, la souplesse de ceinture et de poignet du garçon donnant une dimension supplémentaire à son travail. On regrettera quelques génuflexions dues à un premier tiers peut-être trop éprouvant. Entière rasera pour en finir et première oreille de la tarde.
« Desestierto » de Gallon Frères pour Morenito de Aranda. Bien accueilli par quatre jolies véroniques et demie, le bicho chargea le cheval avec fijeza lors des trois rencontres, prenant successivement une courte ration de fer puis  deux autres traseritas en partant du centre du ruedo. Palmas pour les deux protagonistes. Hélas une vuelta de campana vint amoindrir ses forces. Noble et de bonne humiliation, il permit au torero de Valladolid de courir la main lors de muletazos ambidextres profonds et templés, la souplesse de ceinture et de poignet du garçon donnant une dimension supplémentaire à son travail. On regrettera quelques génuflexions dues à un premier tiers peut-être trop éprouvant. Entière rasera pour en finir et première oreille de la tarde.
« Desestierto » de Gallon Frères pour Morenito de Aranda. Bien accueilli par quatre jolies véroniques et demie, le bicho chargea le cheval avec fijeza lors des trois rencontres, prenant successivement une courte ration de fer puis  deux autres traseritas en partant du centre du ruedo. Palmas pour les deux protagonistes. Hélas une vuelta de campana vint amoindrir ses forces. Noble et de bonne humiliation, il permit au torero de Valladolid de courir la main lors de muletazos ambidextres profonds et templés, la souplesse de ceinture et de poignet du garçon donnant une dimension supplémentaire à son travail. On regrettera quelques génuflexions dues à un premier tiers peut-être trop éprouvant. Entière rasera pour en finir et première oreille de la tarde.
« Desestierto » de Gallon Frères pour Morenito de Aranda. Bien accueilli par quatre jolies véroniques et demie, le bicho chargea le cheval avec fijeza lors des trois rencontres, prenant successivement une courte ration de fer puis  deux autres traseritas en partant du centre du ruedo. Palmas pour les deux protagonistes. Hélas une vuelta de campana vint amoindrir ses forces. Noble et de bonne humiliation, il permit au torero de Valladolid de courir la main lors de muletazos ambidextres profonds et templés, la souplesse de ceinture et de poignet du garçon donnant une dimension supplémentaire à son travail. On regrettera quelques génuflexions dues à un premier tiers peut-être trop éprouvant. Entière rasera pour en finir et première oreille de la tarde.
« Desestierto » de Gallon Frères pour Morenito de Aranda. Bien accueilli par quatre jolies véroniques et demie, le bicho chargea le cheval avec fijeza lors des trois rencontres, prenant successivement une courte ration de fer puis  deux autres traseritas en partant du centre du ruedo. Palmas pour les deux protagonistes. Hélas une vuelta de campana vint amoindrir ses forces. Noble et de bonne humiliation, il permit au torero de Valladolid de courir la main lors de muletazos ambidextres profonds et templés, la souplesse de ceinture et de poignet du garçon donnant une dimension supplémentaire à son travail. On regrettera quelques génuflexions dues à un premier tiers peut-être trop éprouvant. Entière rasera pour en finir et première oreille de la tarde.
« Desestierto » de Gallon Frères pour Morenito de Aranda. Bien accueilli par quatre jolies véroniques et demie, le bicho chargea le cheval avec fijeza lors des trois rencontres, prenant successivement une courte ration de fer puis  deux autres traseritas en partant du centre du ruedo. Palmas pour les deux protagonistes. Hélas une vuelta de campana vint amoindrir ses forces. Noble et de bonne humiliation, il permit au torero de Valladolid de courir la main lors de muletazos ambidextres profonds et templés, la souplesse de ceinture et de poignet du garçon donnant une dimension supplémentaire à son travail. On regrettera quelques génuflexions dues à un premier tiers peut-être trop éprouvant. Entière rasera pour en finir et première oreille de la tarde.

« Desestierto » de Gallon Frères pour Morenito de Aranda. Bien accueilli par quatre jolies véroniques et demie, le bicho chargea le cheval avec fijeza lors des trois rencontres, prenant successivement une courte ration de fer puis deux autres traseritas en partant du centre du ruedo. Palmas pour les deux protagonistes. Hélas une vuelta de campana vint amoindrir ses forces. Noble et de bonne humiliation, il permit au torero de Valladolid de courir la main lors de muletazos ambidextres profonds et templés, la souplesse de ceinture et de poignet du garçon donnant une dimension supplémentaire à son travail. On regrettera quelques génuflexions dues à un premier tiers peut-être trop éprouvant. Entière rasera pour en finir et première oreille de la tarde.

« Barbudo » d’Alain Tardieu pour Mehdi Savalli. Après bonnes véroniques et chicuelinas d’accueil, le torero arlésien présenta par deux fois le bicho au cheval pour deux rations de fer prises avec une certaine retenue, le cornu freinant sa charge en arrivant dans le matelas puis ne s’y employant pas. Lui aussi partit du centre pour la seconde rencontre. Second tiers à charge de Mehdi qui cloua correctement en deux poder a poder et violin. Bien doublé en début de faena, le Tardieu s’engagea franchement dans la première série de derechazos puis commença à regarder vers le torero. La faena se poursuivit par des tandas ambidextres d’inégale intensité, Mehdi courant bien la main par moments pour aussitôt après, gagné par ses vieux démons, jouer dans un registre trémendiste malvenu. Final par demi-passes avant entière caida hémorragique. Salut au tiers après petite pétition des paisanos du torero.
« Barbudo » d’Alain Tardieu pour Mehdi Savalli. Après bonnes véroniques et chicuelinas d’accueil, le torero arlésien présenta par deux fois le bicho au cheval pour deux rations de fer prises avec une certaine retenue, le cornu freinant sa charge en arrivant dans le matelas puis ne s’y employant pas. Lui aussi partit du centre pour la seconde rencontre. Second tiers à charge de Mehdi qui cloua correctement en deux poder a poder et violin. Bien doublé en début de faena, le Tardieu s’engagea franchement dans la première série de derechazos puis commença à regarder vers le torero. La faena se poursuivit par des tandas ambidextres d’inégale intensité, Mehdi courant bien la main par moments pour aussitôt après, gagné par ses vieux démons, jouer dans un registre trémendiste malvenu. Final par demi-passes avant entière caida hémorragique. Salut au tiers après petite pétition des paisanos du torero.
« Barbudo » d’Alain Tardieu pour Mehdi Savalli. Après bonnes véroniques et chicuelinas d’accueil, le torero arlésien présenta par deux fois le bicho au cheval pour deux rations de fer prises avec une certaine retenue, le cornu freinant sa charge en arrivant dans le matelas puis ne s’y employant pas. Lui aussi partit du centre pour la seconde rencontre. Second tiers à charge de Mehdi qui cloua correctement en deux poder a poder et violin. Bien doublé en début de faena, le Tardieu s’engagea franchement dans la première série de derechazos puis commença à regarder vers le torero. La faena se poursuivit par des tandas ambidextres d’inégale intensité, Mehdi courant bien la main par moments pour aussitôt après, gagné par ses vieux démons, jouer dans un registre trémendiste malvenu. Final par demi-passes avant entière caida hémorragique. Salut au tiers après petite pétition des paisanos du torero.
« Barbudo » d’Alain Tardieu pour Mehdi Savalli. Après bonnes véroniques et chicuelinas d’accueil, le torero arlésien présenta par deux fois le bicho au cheval pour deux rations de fer prises avec une certaine retenue, le cornu freinant sa charge en arrivant dans le matelas puis ne s’y employant pas. Lui aussi partit du centre pour la seconde rencontre. Second tiers à charge de Mehdi qui cloua correctement en deux poder a poder et violin. Bien doublé en début de faena, le Tardieu s’engagea franchement dans la première série de derechazos puis commença à regarder vers le torero. La faena se poursuivit par des tandas ambidextres d’inégale intensité, Mehdi courant bien la main par moments pour aussitôt après, gagné par ses vieux démons, jouer dans un registre trémendiste malvenu. Final par demi-passes avant entière caida hémorragique. Salut au tiers après petite pétition des paisanos du torero.
« Barbudo » d’Alain Tardieu pour Mehdi Savalli. Après bonnes véroniques et chicuelinas d’accueil, le torero arlésien présenta par deux fois le bicho au cheval pour deux rations de fer prises avec une certaine retenue, le cornu freinant sa charge en arrivant dans le matelas puis ne s’y employant pas. Lui aussi partit du centre pour la seconde rencontre. Second tiers à charge de Mehdi qui cloua correctement en deux poder a poder et violin. Bien doublé en début de faena, le Tardieu s’engagea franchement dans la première série de derechazos puis commença à regarder vers le torero. La faena se poursuivit par des tandas ambidextres d’inégale intensité, Mehdi courant bien la main par moments pour aussitôt après, gagné par ses vieux démons, jouer dans un registre trémendiste malvenu. Final par demi-passes avant entière caida hémorragique. Salut au tiers après petite pétition des paisanos du torero.
« Barbudo » d’Alain Tardieu pour Mehdi Savalli. Après bonnes véroniques et chicuelinas d’accueil, le torero arlésien présenta par deux fois le bicho au cheval pour deux rations de fer prises avec une certaine retenue, le cornu freinant sa charge en arrivant dans le matelas puis ne s’y employant pas. Lui aussi partit du centre pour la seconde rencontre. Second tiers à charge de Mehdi qui cloua correctement en deux poder a poder et violin. Bien doublé en début de faena, le Tardieu s’engagea franchement dans la première série de derechazos puis commença à regarder vers le torero. La faena se poursuivit par des tandas ambidextres d’inégale intensité, Mehdi courant bien la main par moments pour aussitôt après, gagné par ses vieux démons, jouer dans un registre trémendiste malvenu. Final par demi-passes avant entière caida hémorragique. Salut au tiers après petite pétition des paisanos du torero.
« Barbudo » d’Alain Tardieu pour Mehdi Savalli. Après bonnes véroniques et chicuelinas d’accueil, le torero arlésien présenta par deux fois le bicho au cheval pour deux rations de fer prises avec une certaine retenue, le cornu freinant sa charge en arrivant dans le matelas puis ne s’y employant pas. Lui aussi partit du centre pour la seconde rencontre. Second tiers à charge de Mehdi qui cloua correctement en deux poder a poder et violin. Bien doublé en début de faena, le Tardieu s’engagea franchement dans la première série de derechazos puis commença à regarder vers le torero. La faena se poursuivit par des tandas ambidextres d’inégale intensité, Mehdi courant bien la main par moments pour aussitôt après, gagné par ses vieux démons, jouer dans un registre trémendiste malvenu. Final par demi-passes avant entière caida hémorragique. Salut au tiers après petite pétition des paisanos du torero.
« Barbudo » d’Alain Tardieu pour Mehdi Savalli. Après bonnes véroniques et chicuelinas d’accueil, le torero arlésien présenta par deux fois le bicho au cheval pour deux rations de fer prises avec une certaine retenue, le cornu freinant sa charge en arrivant dans le matelas puis ne s’y employant pas. Lui aussi partit du centre pour la seconde rencontre. Second tiers à charge de Mehdi qui cloua correctement en deux poder a poder et violin. Bien doublé en début de faena, le Tardieu s’engagea franchement dans la première série de derechazos puis commença à regarder vers le torero. La faena se poursuivit par des tandas ambidextres d’inégale intensité, Mehdi courant bien la main par moments pour aussitôt après, gagné par ses vieux démons, jouer dans un registre trémendiste malvenu. Final par demi-passes avant entière caida hémorragique. Salut au tiers après petite pétition des paisanos du torero.
« Barbudo » d’Alain Tardieu pour Mehdi Savalli. Après bonnes véroniques et chicuelinas d’accueil, le torero arlésien présenta par deux fois le bicho au cheval pour deux rations de fer prises avec une certaine retenue, le cornu freinant sa charge en arrivant dans le matelas puis ne s’y employant pas. Lui aussi partit du centre pour la seconde rencontre. Second tiers à charge de Mehdi qui cloua correctement en deux poder a poder et violin. Bien doublé en début de faena, le Tardieu s’engagea franchement dans la première série de derechazos puis commença à regarder vers le torero. La faena se poursuivit par des tandas ambidextres d’inégale intensité, Mehdi courant bien la main par moments pour aussitôt après, gagné par ses vieux démons, jouer dans un registre trémendiste malvenu. Final par demi-passes avant entière caida hémorragique. Salut au tiers après petite pétition des paisanos du torero.
« Barbudo » d’Alain Tardieu pour Mehdi Savalli. Après bonnes véroniques et chicuelinas d’accueil, le torero arlésien présenta par deux fois le bicho au cheval pour deux rations de fer prises avec une certaine retenue, le cornu freinant sa charge en arrivant dans le matelas puis ne s’y employant pas. Lui aussi partit du centre pour la seconde rencontre. Second tiers à charge de Mehdi qui cloua correctement en deux poder a poder et violin. Bien doublé en début de faena, le Tardieu s’engagea franchement dans la première série de derechazos puis commença à regarder vers le torero. La faena se poursuivit par des tandas ambidextres d’inégale intensité, Mehdi courant bien la main par moments pour aussitôt après, gagné par ses vieux démons, jouer dans un registre trémendiste malvenu. Final par demi-passes avant entière caida hémorragique. Salut au tiers après petite pétition des paisanos du torero.
« Barbudo » d’Alain Tardieu pour Mehdi Savalli. Après bonnes véroniques et chicuelinas d’accueil, le torero arlésien présenta par deux fois le bicho au cheval pour deux rations de fer prises avec une certaine retenue, le cornu freinant sa charge en arrivant dans le matelas puis ne s’y employant pas. Lui aussi partit du centre pour la seconde rencontre. Second tiers à charge de Mehdi qui cloua correctement en deux poder a poder et violin. Bien doublé en début de faena, le Tardieu s’engagea franchement dans la première série de derechazos puis commença à regarder vers le torero. La faena se poursuivit par des tandas ambidextres d’inégale intensité, Mehdi courant bien la main par moments pour aussitôt après, gagné par ses vieux démons, jouer dans un registre trémendiste malvenu. Final par demi-passes avant entière caida hémorragique. Salut au tiers après petite pétition des paisanos du torero.
« Barbudo » d’Alain Tardieu pour Mehdi Savalli. Après bonnes véroniques et chicuelinas d’accueil, le torero arlésien présenta par deux fois le bicho au cheval pour deux rations de fer prises avec une certaine retenue, le cornu freinant sa charge en arrivant dans le matelas puis ne s’y employant pas. Lui aussi partit du centre pour la seconde rencontre. Second tiers à charge de Mehdi qui cloua correctement en deux poder a poder et violin. Bien doublé en début de faena, le Tardieu s’engagea franchement dans la première série de derechazos puis commença à regarder vers le torero. La faena se poursuivit par des tandas ambidextres d’inégale intensité, Mehdi courant bien la main par moments pour aussitôt après, gagné par ses vieux démons, jouer dans un registre trémendiste malvenu. Final par demi-passes avant entière caida hémorragique. Salut au tiers après petite pétition des paisanos du torero.
« Barbudo » d’Alain Tardieu pour Mehdi Savalli. Après bonnes véroniques et chicuelinas d’accueil, le torero arlésien présenta par deux fois le bicho au cheval pour deux rations de fer prises avec une certaine retenue, le cornu freinant sa charge en arrivant dans le matelas puis ne s’y employant pas. Lui aussi partit du centre pour la seconde rencontre. Second tiers à charge de Mehdi qui cloua correctement en deux poder a poder et violin. Bien doublé en début de faena, le Tardieu s’engagea franchement dans la première série de derechazos puis commença à regarder vers le torero. La faena se poursuivit par des tandas ambidextres d’inégale intensité, Mehdi courant bien la main par moments pour aussitôt après, gagné par ses vieux démons, jouer dans un registre trémendiste malvenu. Final par demi-passes avant entière caida hémorragique. Salut au tiers après petite pétition des paisanos du torero.
« Barbudo » d’Alain Tardieu pour Mehdi Savalli. Après bonnes véroniques et chicuelinas d’accueil, le torero arlésien présenta par deux fois le bicho au cheval pour deux rations de fer prises avec une certaine retenue, le cornu freinant sa charge en arrivant dans le matelas puis ne s’y employant pas. Lui aussi partit du centre pour la seconde rencontre. Second tiers à charge de Mehdi qui cloua correctement en deux poder a poder et violin. Bien doublé en début de faena, le Tardieu s’engagea franchement dans la première série de derechazos puis commença à regarder vers le torero. La faena se poursuivit par des tandas ambidextres d’inégale intensité, Mehdi courant bien la main par moments pour aussitôt après, gagné par ses vieux démons, jouer dans un registre trémendiste malvenu. Final par demi-passes avant entière caida hémorragique. Salut au tiers après petite pétition des paisanos du torero.

« Barbudo » d’Alain Tardieu pour Mehdi Savalli. Après bonnes véroniques et chicuelinas d’accueil, le torero arlésien présenta par deux fois le bicho au cheval pour deux rations de fer prises avec une certaine retenue, le cornu freinant sa charge en arrivant dans le matelas puis ne s’y employant pas. Lui aussi partit du centre pour la seconde rencontre. Second tiers à charge de Mehdi qui cloua correctement en deux poder a poder et violin. Bien doublé en début de faena, le Tardieu s’engagea franchement dans la première série de derechazos puis commença à regarder vers le torero. La faena se poursuivit par des tandas ambidextres d’inégale intensité, Mehdi courant bien la main par moments pour aussitôt après, gagné par ses vieux démons, jouer dans un registre trémendiste malvenu. Final par demi-passes avant entière caida hémorragique. Salut au tiers après petite pétition des paisanos du torero.

« Imperuoso » des Héritiers de François André pour Thomas Joubert. La sortie du toril laissa présager la suite. Regardant de tous côtés, le bicho étudia la question d’entrée, freina dans le capote de Thomas sans se livrer puis s’alluma sous le fer de Mathias Forestier, poussant en brave lors des trois rencontres, renversant en force le groupe à la première puis venant fort du centre sur les deux suivantes. La musique salua par deux fois la performance du cornu, une fois pendant les piques, une autre lors de la sortie applaudie du picador. Le plus dur restait à venir. Désarmant le torero lors du premier muletazo, il se rendit très vite maître de la piste, et malgré ses efforts et sa volonté, l’arlésien à cours de compétition ne put passer l’épreuve. Il y avait trop de toro en piste pour lui à ce jour. Peut-être que la même confrontation au terme d’une saison remplie aurait tourné autrement. Quoi qu’il en soit, on se fit beaucoup de soucis pour Thomas lors de la suerte suprême qu’il eut du mal à boucler en six entrées a matar pour une demi-lame rasera complétée par trois dessables. Silence compatissant pour le torero et arrastre applaudi.
« Imperuoso » des Héritiers de François André pour Thomas Joubert. La sortie du toril laissa présager la suite. Regardant de tous côtés, le bicho étudia la question d’entrée, freina dans le capote de Thomas sans se livrer puis s’alluma sous le fer de Mathias Forestier, poussant en brave lors des trois rencontres, renversant en force le groupe à la première puis venant fort du centre sur les deux suivantes. La musique salua par deux fois la performance du cornu, une fois pendant les piques, une autre lors de la sortie applaudie du picador. Le plus dur restait à venir. Désarmant le torero lors du premier muletazo, il se rendit très vite maître de la piste, et malgré ses efforts et sa volonté, l’arlésien à cours de compétition ne put passer l’épreuve. Il y avait trop de toro en piste pour lui à ce jour. Peut-être que la même confrontation au terme d’une saison remplie aurait tourné autrement. Quoi qu’il en soit, on se fit beaucoup de soucis pour Thomas lors de la suerte suprême qu’il eut du mal à boucler en six entrées a matar pour une demi-lame rasera complétée par trois dessables. Silence compatissant pour le torero et arrastre applaudi.
« Imperuoso » des Héritiers de François André pour Thomas Joubert. La sortie du toril laissa présager la suite. Regardant de tous côtés, le bicho étudia la question d’entrée, freina dans le capote de Thomas sans se livrer puis s’alluma sous le fer de Mathias Forestier, poussant en brave lors des trois rencontres, renversant en force le groupe à la première puis venant fort du centre sur les deux suivantes. La musique salua par deux fois la performance du cornu, une fois pendant les piques, une autre lors de la sortie applaudie du picador. Le plus dur restait à venir. Désarmant le torero lors du premier muletazo, il se rendit très vite maître de la piste, et malgré ses efforts et sa volonté, l’arlésien à cours de compétition ne put passer l’épreuve. Il y avait trop de toro en piste pour lui à ce jour. Peut-être que la même confrontation au terme d’une saison remplie aurait tourné autrement. Quoi qu’il en soit, on se fit beaucoup de soucis pour Thomas lors de la suerte suprême qu’il eut du mal à boucler en six entrées a matar pour une demi-lame rasera complétée par trois dessables. Silence compatissant pour le torero et arrastre applaudi.
« Imperuoso » des Héritiers de François André pour Thomas Joubert. La sortie du toril laissa présager la suite. Regardant de tous côtés, le bicho étudia la question d’entrée, freina dans le capote de Thomas sans se livrer puis s’alluma sous le fer de Mathias Forestier, poussant en brave lors des trois rencontres, renversant en force le groupe à la première puis venant fort du centre sur les deux suivantes. La musique salua par deux fois la performance du cornu, une fois pendant les piques, une autre lors de la sortie applaudie du picador. Le plus dur restait à venir. Désarmant le torero lors du premier muletazo, il se rendit très vite maître de la piste, et malgré ses efforts et sa volonté, l’arlésien à cours de compétition ne put passer l’épreuve. Il y avait trop de toro en piste pour lui à ce jour. Peut-être que la même confrontation au terme d’une saison remplie aurait tourné autrement. Quoi qu’il en soit, on se fit beaucoup de soucis pour Thomas lors de la suerte suprême qu’il eut du mal à boucler en six entrées a matar pour une demi-lame rasera complétée par trois dessables. Silence compatissant pour le torero et arrastre applaudi.
« Imperuoso » des Héritiers de François André pour Thomas Joubert. La sortie du toril laissa présager la suite. Regardant de tous côtés, le bicho étudia la question d’entrée, freina dans le capote de Thomas sans se livrer puis s’alluma sous le fer de Mathias Forestier, poussant en brave lors des trois rencontres, renversant en force le groupe à la première puis venant fort du centre sur les deux suivantes. La musique salua par deux fois la performance du cornu, une fois pendant les piques, une autre lors de la sortie applaudie du picador. Le plus dur restait à venir. Désarmant le torero lors du premier muletazo, il se rendit très vite maître de la piste, et malgré ses efforts et sa volonté, l’arlésien à cours de compétition ne put passer l’épreuve. Il y avait trop de toro en piste pour lui à ce jour. Peut-être que la même confrontation au terme d’une saison remplie aurait tourné autrement. Quoi qu’il en soit, on se fit beaucoup de soucis pour Thomas lors de la suerte suprême qu’il eut du mal à boucler en six entrées a matar pour une demi-lame rasera complétée par trois dessables. Silence compatissant pour le torero et arrastre applaudi.
« Imperuoso » des Héritiers de François André pour Thomas Joubert. La sortie du toril laissa présager la suite. Regardant de tous côtés, le bicho étudia la question d’entrée, freina dans le capote de Thomas sans se livrer puis s’alluma sous le fer de Mathias Forestier, poussant en brave lors des trois rencontres, renversant en force le groupe à la première puis venant fort du centre sur les deux suivantes. La musique salua par deux fois la performance du cornu, une fois pendant les piques, une autre lors de la sortie applaudie du picador. Le plus dur restait à venir. Désarmant le torero lors du premier muletazo, il se rendit très vite maître de la piste, et malgré ses efforts et sa volonté, l’arlésien à cours de compétition ne put passer l’épreuve. Il y avait trop de toro en piste pour lui à ce jour. Peut-être que la même confrontation au terme d’une saison remplie aurait tourné autrement. Quoi qu’il en soit, on se fit beaucoup de soucis pour Thomas lors de la suerte suprême qu’il eut du mal à boucler en six entrées a matar pour une demi-lame rasera complétée par trois dessables. Silence compatissant pour le torero et arrastre applaudi.
« Imperuoso » des Héritiers de François André pour Thomas Joubert. La sortie du toril laissa présager la suite. Regardant de tous côtés, le bicho étudia la question d’entrée, freina dans le capote de Thomas sans se livrer puis s’alluma sous le fer de Mathias Forestier, poussant en brave lors des trois rencontres, renversant en force le groupe à la première puis venant fort du centre sur les deux suivantes. La musique salua par deux fois la performance du cornu, une fois pendant les piques, une autre lors de la sortie applaudie du picador. Le plus dur restait à venir. Désarmant le torero lors du premier muletazo, il se rendit très vite maître de la piste, et malgré ses efforts et sa volonté, l’arlésien à cours de compétition ne put passer l’épreuve. Il y avait trop de toro en piste pour lui à ce jour. Peut-être que la même confrontation au terme d’une saison remplie aurait tourné autrement. Quoi qu’il en soit, on se fit beaucoup de soucis pour Thomas lors de la suerte suprême qu’il eut du mal à boucler en six entrées a matar pour une demi-lame rasera complétée par trois dessables. Silence compatissant pour le torero et arrastre applaudi.
« Imperuoso » des Héritiers de François André pour Thomas Joubert. La sortie du toril laissa présager la suite. Regardant de tous côtés, le bicho étudia la question d’entrée, freina dans le capote de Thomas sans se livrer puis s’alluma sous le fer de Mathias Forestier, poussant en brave lors des trois rencontres, renversant en force le groupe à la première puis venant fort du centre sur les deux suivantes. La musique salua par deux fois la performance du cornu, une fois pendant les piques, une autre lors de la sortie applaudie du picador. Le plus dur restait à venir. Désarmant le torero lors du premier muletazo, il se rendit très vite maître de la piste, et malgré ses efforts et sa volonté, l’arlésien à cours de compétition ne put passer l’épreuve. Il y avait trop de toro en piste pour lui à ce jour. Peut-être que la même confrontation au terme d’une saison remplie aurait tourné autrement. Quoi qu’il en soit, on se fit beaucoup de soucis pour Thomas lors de la suerte suprême qu’il eut du mal à boucler en six entrées a matar pour une demi-lame rasera complétée par trois dessables. Silence compatissant pour le torero et arrastre applaudi.
« Imperuoso » des Héritiers de François André pour Thomas Joubert. La sortie du toril laissa présager la suite. Regardant de tous côtés, le bicho étudia la question d’entrée, freina dans le capote de Thomas sans se livrer puis s’alluma sous le fer de Mathias Forestier, poussant en brave lors des trois rencontres, renversant en force le groupe à la première puis venant fort du centre sur les deux suivantes. La musique salua par deux fois la performance du cornu, une fois pendant les piques, une autre lors de la sortie applaudie du picador. Le plus dur restait à venir. Désarmant le torero lors du premier muletazo, il se rendit très vite maître de la piste, et malgré ses efforts et sa volonté, l’arlésien à cours de compétition ne put passer l’épreuve. Il y avait trop de toro en piste pour lui à ce jour. Peut-être que la même confrontation au terme d’une saison remplie aurait tourné autrement. Quoi qu’il en soit, on se fit beaucoup de soucis pour Thomas lors de la suerte suprême qu’il eut du mal à boucler en six entrées a matar pour une demi-lame rasera complétée par trois dessables. Silence compatissant pour le torero et arrastre applaudi.
« Imperuoso » des Héritiers de François André pour Thomas Joubert. La sortie du toril laissa présager la suite. Regardant de tous côtés, le bicho étudia la question d’entrée, freina dans le capote de Thomas sans se livrer puis s’alluma sous le fer de Mathias Forestier, poussant en brave lors des trois rencontres, renversant en force le groupe à la première puis venant fort du centre sur les deux suivantes. La musique salua par deux fois la performance du cornu, une fois pendant les piques, une autre lors de la sortie applaudie du picador. Le plus dur restait à venir. Désarmant le torero lors du premier muletazo, il se rendit très vite maître de la piste, et malgré ses efforts et sa volonté, l’arlésien à cours de compétition ne put passer l’épreuve. Il y avait trop de toro en piste pour lui à ce jour. Peut-être que la même confrontation au terme d’une saison remplie aurait tourné autrement. Quoi qu’il en soit, on se fit beaucoup de soucis pour Thomas lors de la suerte suprême qu’il eut du mal à boucler en six entrées a matar pour une demi-lame rasera complétée par trois dessables. Silence compatissant pour le torero et arrastre applaudi.
« Imperuoso » des Héritiers de François André pour Thomas Joubert. La sortie du toril laissa présager la suite. Regardant de tous côtés, le bicho étudia la question d’entrée, freina dans le capote de Thomas sans se livrer puis s’alluma sous le fer de Mathias Forestier, poussant en brave lors des trois rencontres, renversant en force le groupe à la première puis venant fort du centre sur les deux suivantes. La musique salua par deux fois la performance du cornu, une fois pendant les piques, une autre lors de la sortie applaudie du picador. Le plus dur restait à venir. Désarmant le torero lors du premier muletazo, il se rendit très vite maître de la piste, et malgré ses efforts et sa volonté, l’arlésien à cours de compétition ne put passer l’épreuve. Il y avait trop de toro en piste pour lui à ce jour. Peut-être que la même confrontation au terme d’une saison remplie aurait tourné autrement. Quoi qu’il en soit, on se fit beaucoup de soucis pour Thomas lors de la suerte suprême qu’il eut du mal à boucler en six entrées a matar pour une demi-lame rasera complétée par trois dessables. Silence compatissant pour le torero et arrastre applaudi.
« Imperuoso » des Héritiers de François André pour Thomas Joubert. La sortie du toril laissa présager la suite. Regardant de tous côtés, le bicho étudia la question d’entrée, freina dans le capote de Thomas sans se livrer puis s’alluma sous le fer de Mathias Forestier, poussant en brave lors des trois rencontres, renversant en force le groupe à la première puis venant fort du centre sur les deux suivantes. La musique salua par deux fois la performance du cornu, une fois pendant les piques, une autre lors de la sortie applaudie du picador. Le plus dur restait à venir. Désarmant le torero lors du premier muletazo, il se rendit très vite maître de la piste, et malgré ses efforts et sa volonté, l’arlésien à cours de compétition ne put passer l’épreuve. Il y avait trop de toro en piste pour lui à ce jour. Peut-être que la même confrontation au terme d’une saison remplie aurait tourné autrement. Quoi qu’il en soit, on se fit beaucoup de soucis pour Thomas lors de la suerte suprême qu’il eut du mal à boucler en six entrées a matar pour une demi-lame rasera complétée par trois dessables. Silence compatissant pour le torero et arrastre applaudi.
« Imperuoso » des Héritiers de François André pour Thomas Joubert. La sortie du toril laissa présager la suite. Regardant de tous côtés, le bicho étudia la question d’entrée, freina dans le capote de Thomas sans se livrer puis s’alluma sous le fer de Mathias Forestier, poussant en brave lors des trois rencontres, renversant en force le groupe à la première puis venant fort du centre sur les deux suivantes. La musique salua par deux fois la performance du cornu, une fois pendant les piques, une autre lors de la sortie applaudie du picador. Le plus dur restait à venir. Désarmant le torero lors du premier muletazo, il se rendit très vite maître de la piste, et malgré ses efforts et sa volonté, l’arlésien à cours de compétition ne put passer l’épreuve. Il y avait trop de toro en piste pour lui à ce jour. Peut-être que la même confrontation au terme d’une saison remplie aurait tourné autrement. Quoi qu’il en soit, on se fit beaucoup de soucis pour Thomas lors de la suerte suprême qu’il eut du mal à boucler en six entrées a matar pour une demi-lame rasera complétée par trois dessables. Silence compatissant pour le torero et arrastre applaudi.
« Imperuoso » des Héritiers de François André pour Thomas Joubert. La sortie du toril laissa présager la suite. Regardant de tous côtés, le bicho étudia la question d’entrée, freina dans le capote de Thomas sans se livrer puis s’alluma sous le fer de Mathias Forestier, poussant en brave lors des trois rencontres, renversant en force le groupe à la première puis venant fort du centre sur les deux suivantes. La musique salua par deux fois la performance du cornu, une fois pendant les piques, une autre lors de la sortie applaudie du picador. Le plus dur restait à venir. Désarmant le torero lors du premier muletazo, il se rendit très vite maître de la piste, et malgré ses efforts et sa volonté, l’arlésien à cours de compétition ne put passer l’épreuve. Il y avait trop de toro en piste pour lui à ce jour. Peut-être que la même confrontation au terme d’une saison remplie aurait tourné autrement. Quoi qu’il en soit, on se fit beaucoup de soucis pour Thomas lors de la suerte suprême qu’il eut du mal à boucler en six entrées a matar pour une demi-lame rasera complétée par trois dessables. Silence compatissant pour le torero et arrastre applaudi.
« Imperuoso » des Héritiers de François André pour Thomas Joubert. La sortie du toril laissa présager la suite. Regardant de tous côtés, le bicho étudia la question d’entrée, freina dans le capote de Thomas sans se livrer puis s’alluma sous le fer de Mathias Forestier, poussant en brave lors des trois rencontres, renversant en force le groupe à la première puis venant fort du centre sur les deux suivantes. La musique salua par deux fois la performance du cornu, une fois pendant les piques, une autre lors de la sortie applaudie du picador. Le plus dur restait à venir. Désarmant le torero lors du premier muletazo, il se rendit très vite maître de la piste, et malgré ses efforts et sa volonté, l’arlésien à cours de compétition ne put passer l’épreuve. Il y avait trop de toro en piste pour lui à ce jour. Peut-être que la même confrontation au terme d’une saison remplie aurait tourné autrement. Quoi qu’il en soit, on se fit beaucoup de soucis pour Thomas lors de la suerte suprême qu’il eut du mal à boucler en six entrées a matar pour une demi-lame rasera complétée par trois dessables. Silence compatissant pour le torero et arrastre applaudi.
« Imperuoso » des Héritiers de François André pour Thomas Joubert. La sortie du toril laissa présager la suite. Regardant de tous côtés, le bicho étudia la question d’entrée, freina dans le capote de Thomas sans se livrer puis s’alluma sous le fer de Mathias Forestier, poussant en brave lors des trois rencontres, renversant en force le groupe à la première puis venant fort du centre sur les deux suivantes. La musique salua par deux fois la performance du cornu, une fois pendant les piques, une autre lors de la sortie applaudie du picador. Le plus dur restait à venir. Désarmant le torero lors du premier muletazo, il se rendit très vite maître de la piste, et malgré ses efforts et sa volonté, l’arlésien à cours de compétition ne put passer l’épreuve. Il y avait trop de toro en piste pour lui à ce jour. Peut-être que la même confrontation au terme d’une saison remplie aurait tourné autrement. Quoi qu’il en soit, on se fit beaucoup de soucis pour Thomas lors de la suerte suprême qu’il eut du mal à boucler en six entrées a matar pour une demi-lame rasera complétée par trois dessables. Silence compatissant pour le torero et arrastre applaudi.

« Imperuoso » des Héritiers de François André pour Thomas Joubert. La sortie du toril laissa présager la suite. Regardant de tous côtés, le bicho étudia la question d’entrée, freina dans le capote de Thomas sans se livrer puis s’alluma sous le fer de Mathias Forestier, poussant en brave lors des trois rencontres, renversant en force le groupe à la première puis venant fort du centre sur les deux suivantes. La musique salua par deux fois la performance du cornu, une fois pendant les piques, une autre lors de la sortie applaudie du picador. Le plus dur restait à venir. Désarmant le torero lors du premier muletazo, il se rendit très vite maître de la piste, et malgré ses efforts et sa volonté, l’arlésien à cours de compétition ne put passer l’épreuve. Il y avait trop de toro en piste pour lui à ce jour. Peut-être que la même confrontation au terme d’une saison remplie aurait tourné autrement. Quoi qu’il en soit, on se fit beaucoup de soucis pour Thomas lors de la suerte suprême qu’il eut du mal à boucler en six entrées a matar pour une demi-lame rasera complétée par trois dessables. Silence compatissant pour le torero et arrastre applaudi.

« Bonito » de Valverde pour Morenito de Aranda. Après quelques capotais de fixation, le bicho vint fort et avec fijeza lors des deux rencontres mais ne s’employa pas sous le fer. Morenito prit très vite la mesure de son adversaire et trouva d’emblée le soit pour des séries droitières de belle facture servies comme lors de son précédent combat en courant bien la main, en la baissant joliment, aspirant le bicho un peu soso avec beaucoup de temple. A gauche le Valverde afficha un parcours plus réduit et les naturelles, bien qu’esthétiques, furent moins consistantes. Bon retour à droite avant une entière en place libérant le second mouchoir de la tarde.
« Bonito » de Valverde pour Morenito de Aranda. Après quelques capotais de fixation, le bicho vint fort et avec fijeza lors des deux rencontres mais ne s’employa pas sous le fer. Morenito prit très vite la mesure de son adversaire et trouva d’emblée le soit pour des séries droitières de belle facture servies comme lors de son précédent combat en courant bien la main, en la baissant joliment, aspirant le bicho un peu soso avec beaucoup de temple. A gauche le Valverde afficha un parcours plus réduit et les naturelles, bien qu’esthétiques, furent moins consistantes. Bon retour à droite avant une entière en place libérant le second mouchoir de la tarde.
« Bonito » de Valverde pour Morenito de Aranda. Après quelques capotais de fixation, le bicho vint fort et avec fijeza lors des deux rencontres mais ne s’employa pas sous le fer. Morenito prit très vite la mesure de son adversaire et trouva d’emblée le soit pour des séries droitières de belle facture servies comme lors de son précédent combat en courant bien la main, en la baissant joliment, aspirant le bicho un peu soso avec beaucoup de temple. A gauche le Valverde afficha un parcours plus réduit et les naturelles, bien qu’esthétiques, furent moins consistantes. Bon retour à droite avant une entière en place libérant le second mouchoir de la tarde.
« Bonito » de Valverde pour Morenito de Aranda. Après quelques capotais de fixation, le bicho vint fort et avec fijeza lors des deux rencontres mais ne s’employa pas sous le fer. Morenito prit très vite la mesure de son adversaire et trouva d’emblée le soit pour des séries droitières de belle facture servies comme lors de son précédent combat en courant bien la main, en la baissant joliment, aspirant le bicho un peu soso avec beaucoup de temple. A gauche le Valverde afficha un parcours plus réduit et les naturelles, bien qu’esthétiques, furent moins consistantes. Bon retour à droite avant une entière en place libérant le second mouchoir de la tarde.
« Bonito » de Valverde pour Morenito de Aranda. Après quelques capotais de fixation, le bicho vint fort et avec fijeza lors des deux rencontres mais ne s’employa pas sous le fer. Morenito prit très vite la mesure de son adversaire et trouva d’emblée le soit pour des séries droitières de belle facture servies comme lors de son précédent combat en courant bien la main, en la baissant joliment, aspirant le bicho un peu soso avec beaucoup de temple. A gauche le Valverde afficha un parcours plus réduit et les naturelles, bien qu’esthétiques, furent moins consistantes. Bon retour à droite avant une entière en place libérant le second mouchoir de la tarde.
« Bonito » de Valverde pour Morenito de Aranda. Après quelques capotais de fixation, le bicho vint fort et avec fijeza lors des deux rencontres mais ne s’employa pas sous le fer. Morenito prit très vite la mesure de son adversaire et trouva d’emblée le soit pour des séries droitières de belle facture servies comme lors de son précédent combat en courant bien la main, en la baissant joliment, aspirant le bicho un peu soso avec beaucoup de temple. A gauche le Valverde afficha un parcours plus réduit et les naturelles, bien qu’esthétiques, furent moins consistantes. Bon retour à droite avant une entière en place libérant le second mouchoir de la tarde.
« Bonito » de Valverde pour Morenito de Aranda. Après quelques capotais de fixation, le bicho vint fort et avec fijeza lors des deux rencontres mais ne s’employa pas sous le fer. Morenito prit très vite la mesure de son adversaire et trouva d’emblée le soit pour des séries droitières de belle facture servies comme lors de son précédent combat en courant bien la main, en la baissant joliment, aspirant le bicho un peu soso avec beaucoup de temple. A gauche le Valverde afficha un parcours plus réduit et les naturelles, bien qu’esthétiques, furent moins consistantes. Bon retour à droite avant une entière en place libérant le second mouchoir de la tarde.
« Bonito » de Valverde pour Morenito de Aranda. Après quelques capotais de fixation, le bicho vint fort et avec fijeza lors des deux rencontres mais ne s’employa pas sous le fer. Morenito prit très vite la mesure de son adversaire et trouva d’emblée le soit pour des séries droitières de belle facture servies comme lors de son précédent combat en courant bien la main, en la baissant joliment, aspirant le bicho un peu soso avec beaucoup de temple. A gauche le Valverde afficha un parcours plus réduit et les naturelles, bien qu’esthétiques, furent moins consistantes. Bon retour à droite avant une entière en place libérant le second mouchoir de la tarde.
« Bonito » de Valverde pour Morenito de Aranda. Après quelques capotais de fixation, le bicho vint fort et avec fijeza lors des deux rencontres mais ne s’employa pas sous le fer. Morenito prit très vite la mesure de son adversaire et trouva d’emblée le soit pour des séries droitières de belle facture servies comme lors de son précédent combat en courant bien la main, en la baissant joliment, aspirant le bicho un peu soso avec beaucoup de temple. A gauche le Valverde afficha un parcours plus réduit et les naturelles, bien qu’esthétiques, furent moins consistantes. Bon retour à droite avant une entière en place libérant le second mouchoir de la tarde.
« Bonito » de Valverde pour Morenito de Aranda. Après quelques capotais de fixation, le bicho vint fort et avec fijeza lors des deux rencontres mais ne s’employa pas sous le fer. Morenito prit très vite la mesure de son adversaire et trouva d’emblée le soit pour des séries droitières de belle facture servies comme lors de son précédent combat en courant bien la main, en la baissant joliment, aspirant le bicho un peu soso avec beaucoup de temple. A gauche le Valverde afficha un parcours plus réduit et les naturelles, bien qu’esthétiques, furent moins consistantes. Bon retour à droite avant une entière en place libérant le second mouchoir de la tarde.
« Bonito » de Valverde pour Morenito de Aranda. Après quelques capotais de fixation, le bicho vint fort et avec fijeza lors des deux rencontres mais ne s’employa pas sous le fer. Morenito prit très vite la mesure de son adversaire et trouva d’emblée le soit pour des séries droitières de belle facture servies comme lors de son précédent combat en courant bien la main, en la baissant joliment, aspirant le bicho un peu soso avec beaucoup de temple. A gauche le Valverde afficha un parcours plus réduit et les naturelles, bien qu’esthétiques, furent moins consistantes. Bon retour à droite avant une entière en place libérant le second mouchoir de la tarde.
« Bonito » de Valverde pour Morenito de Aranda. Après quelques capotais de fixation, le bicho vint fort et avec fijeza lors des deux rencontres mais ne s’employa pas sous le fer. Morenito prit très vite la mesure de son adversaire et trouva d’emblée le soit pour des séries droitières de belle facture servies comme lors de son précédent combat en courant bien la main, en la baissant joliment, aspirant le bicho un peu soso avec beaucoup de temple. A gauche le Valverde afficha un parcours plus réduit et les naturelles, bien qu’esthétiques, furent moins consistantes. Bon retour à droite avant une entière en place libérant le second mouchoir de la tarde.
« Bonito » de Valverde pour Morenito de Aranda. Après quelques capotais de fixation, le bicho vint fort et avec fijeza lors des deux rencontres mais ne s’employa pas sous le fer. Morenito prit très vite la mesure de son adversaire et trouva d’emblée le soit pour des séries droitières de belle facture servies comme lors de son précédent combat en courant bien la main, en la baissant joliment, aspirant le bicho un peu soso avec beaucoup de temple. A gauche le Valverde afficha un parcours plus réduit et les naturelles, bien qu’esthétiques, furent moins consistantes. Bon retour à droite avant une entière en place libérant le second mouchoir de la tarde.
« Bonito » de Valverde pour Morenito de Aranda. Après quelques capotais de fixation, le bicho vint fort et avec fijeza lors des deux rencontres mais ne s’employa pas sous le fer. Morenito prit très vite la mesure de son adversaire et trouva d’emblée le soit pour des séries droitières de belle facture servies comme lors de son précédent combat en courant bien la main, en la baissant joliment, aspirant le bicho un peu soso avec beaucoup de temple. A gauche le Valverde afficha un parcours plus réduit et les naturelles, bien qu’esthétiques, furent moins consistantes. Bon retour à droite avant une entière en place libérant le second mouchoir de la tarde.
« Bonito » de Valverde pour Morenito de Aranda. Après quelques capotais de fixation, le bicho vint fort et avec fijeza lors des deux rencontres mais ne s’employa pas sous le fer. Morenito prit très vite la mesure de son adversaire et trouva d’emblée le soit pour des séries droitières de belle facture servies comme lors de son précédent combat en courant bien la main, en la baissant joliment, aspirant le bicho un peu soso avec beaucoup de temple. A gauche le Valverde afficha un parcours plus réduit et les naturelles, bien qu’esthétiques, furent moins consistantes. Bon retour à droite avant une entière en place libérant le second mouchoir de la tarde.
« Bonito » de Valverde pour Morenito de Aranda. Après quelques capotais de fixation, le bicho vint fort et avec fijeza lors des deux rencontres mais ne s’employa pas sous le fer. Morenito prit très vite la mesure de son adversaire et trouva d’emblée le soit pour des séries droitières de belle facture servies comme lors de son précédent combat en courant bien la main, en la baissant joliment, aspirant le bicho un peu soso avec beaucoup de temple. A gauche le Valverde afficha un parcours plus réduit et les naturelles, bien qu’esthétiques, furent moins consistantes. Bon retour à droite avant une entière en place libérant le second mouchoir de la tarde.

« Bonito » de Valverde pour Morenito de Aranda. Après quelques capotais de fixation, le bicho vint fort et avec fijeza lors des deux rencontres mais ne s’employa pas sous le fer. Morenito prit très vite la mesure de son adversaire et trouva d’emblée le soit pour des séries droitières de belle facture servies comme lors de son précédent combat en courant bien la main, en la baissant joliment, aspirant le bicho un peu soso avec beaucoup de temple. A gauche le Valverde afficha un parcours plus réduit et les naturelles, bien qu’esthétiques, furent moins consistantes. Bon retour à droite avant une entière en place libérant le second mouchoir de la tarde.

« Aceitulero » de Concha y Sierro pour Mehdi Savalli. Ce beau sarde salpicado, après larga de rodillas, resta relativement inédit au capote, prit une première pique sans mise en suerte avant de revenir trois fois dans le peto sans s’y employer. Après deux poder a poder et un cuarteo d’exécutions correctes, Mehdi commença par se faire désarmer lors des premiers doblones. Apparemment pas très à l’aise, le garçon sembla douter et dessina des passes sans consistance avant d’abréger le débat. Pinchazo, tiers de lame puis demi-estocade latérale paralysant la patte avant gauche du Concha. Dessable et silence pour le torero.
« Aceitulero » de Concha y Sierro pour Mehdi Savalli. Ce beau sarde salpicado, après larga de rodillas, resta relativement inédit au capote, prit une première pique sans mise en suerte avant de revenir trois fois dans le peto sans s’y employer. Après deux poder a poder et un cuarteo d’exécutions correctes, Mehdi commença par se faire désarmer lors des premiers doblones. Apparemment pas très à l’aise, le garçon sembla douter et dessina des passes sans consistance avant d’abréger le débat. Pinchazo, tiers de lame puis demi-estocade latérale paralysant la patte avant gauche du Concha. Dessable et silence pour le torero.
« Aceitulero » de Concha y Sierro pour Mehdi Savalli. Ce beau sarde salpicado, après larga de rodillas, resta relativement inédit au capote, prit une première pique sans mise en suerte avant de revenir trois fois dans le peto sans s’y employer. Après deux poder a poder et un cuarteo d’exécutions correctes, Mehdi commença par se faire désarmer lors des premiers doblones. Apparemment pas très à l’aise, le garçon sembla douter et dessina des passes sans consistance avant d’abréger le débat. Pinchazo, tiers de lame puis demi-estocade latérale paralysant la patte avant gauche du Concha. Dessable et silence pour le torero.
« Aceitulero » de Concha y Sierro pour Mehdi Savalli. Ce beau sarde salpicado, après larga de rodillas, resta relativement inédit au capote, prit une première pique sans mise en suerte avant de revenir trois fois dans le peto sans s’y employer. Après deux poder a poder et un cuarteo d’exécutions correctes, Mehdi commença par se faire désarmer lors des premiers doblones. Apparemment pas très à l’aise, le garçon sembla douter et dessina des passes sans consistance avant d’abréger le débat. Pinchazo, tiers de lame puis demi-estocade latérale paralysant la patte avant gauche du Concha. Dessable et silence pour le torero.
« Aceitulero » de Concha y Sierro pour Mehdi Savalli. Ce beau sarde salpicado, après larga de rodillas, resta relativement inédit au capote, prit une première pique sans mise en suerte avant de revenir trois fois dans le peto sans s’y employer. Après deux poder a poder et un cuarteo d’exécutions correctes, Mehdi commença par se faire désarmer lors des premiers doblones. Apparemment pas très à l’aise, le garçon sembla douter et dessina des passes sans consistance avant d’abréger le débat. Pinchazo, tiers de lame puis demi-estocade latérale paralysant la patte avant gauche du Concha. Dessable et silence pour le torero.
« Aceitulero » de Concha y Sierro pour Mehdi Savalli. Ce beau sarde salpicado, après larga de rodillas, resta relativement inédit au capote, prit une première pique sans mise en suerte avant de revenir trois fois dans le peto sans s’y employer. Après deux poder a poder et un cuarteo d’exécutions correctes, Mehdi commença par se faire désarmer lors des premiers doblones. Apparemment pas très à l’aise, le garçon sembla douter et dessina des passes sans consistance avant d’abréger le débat. Pinchazo, tiers de lame puis demi-estocade latérale paralysant la patte avant gauche du Concha. Dessable et silence pour le torero.
« Aceitulero » de Concha y Sierro pour Mehdi Savalli. Ce beau sarde salpicado, après larga de rodillas, resta relativement inédit au capote, prit une première pique sans mise en suerte avant de revenir trois fois dans le peto sans s’y employer. Après deux poder a poder et un cuarteo d’exécutions correctes, Mehdi commença par se faire désarmer lors des premiers doblones. Apparemment pas très à l’aise, le garçon sembla douter et dessina des passes sans consistance avant d’abréger le débat. Pinchazo, tiers de lame puis demi-estocade latérale paralysant la patte avant gauche du Concha. Dessable et silence pour le torero.
« Aceitulero » de Concha y Sierro pour Mehdi Savalli. Ce beau sarde salpicado, après larga de rodillas, resta relativement inédit au capote, prit une première pique sans mise en suerte avant de revenir trois fois dans le peto sans s’y employer. Après deux poder a poder et un cuarteo d’exécutions correctes, Mehdi commença par se faire désarmer lors des premiers doblones. Apparemment pas très à l’aise, le garçon sembla douter et dessina des passes sans consistance avant d’abréger le débat. Pinchazo, tiers de lame puis demi-estocade latérale paralysant la patte avant gauche du Concha. Dessable et silence pour le torero.
« Aceitulero » de Concha y Sierro pour Mehdi Savalli. Ce beau sarde salpicado, après larga de rodillas, resta relativement inédit au capote, prit une première pique sans mise en suerte avant de revenir trois fois dans le peto sans s’y employer. Après deux poder a poder et un cuarteo d’exécutions correctes, Mehdi commença par se faire désarmer lors des premiers doblones. Apparemment pas très à l’aise, le garçon sembla douter et dessina des passes sans consistance avant d’abréger le débat. Pinchazo, tiers de lame puis demi-estocade latérale paralysant la patte avant gauche du Concha. Dessable et silence pour le torero.
« Aceitulero » de Concha y Sierro pour Mehdi Savalli. Ce beau sarde salpicado, après larga de rodillas, resta relativement inédit au capote, prit une première pique sans mise en suerte avant de revenir trois fois dans le peto sans s’y employer. Après deux poder a poder et un cuarteo d’exécutions correctes, Mehdi commença par se faire désarmer lors des premiers doblones. Apparemment pas très à l’aise, le garçon sembla douter et dessina des passes sans consistance avant d’abréger le débat. Pinchazo, tiers de lame puis demi-estocade latérale paralysant la patte avant gauche du Concha. Dessable et silence pour le torero.
« Aceitulero » de Concha y Sierro pour Mehdi Savalli. Ce beau sarde salpicado, après larga de rodillas, resta relativement inédit au capote, prit une première pique sans mise en suerte avant de revenir trois fois dans le peto sans s’y employer. Après deux poder a poder et un cuarteo d’exécutions correctes, Mehdi commença par se faire désarmer lors des premiers doblones. Apparemment pas très à l’aise, le garçon sembla douter et dessina des passes sans consistance avant d’abréger le débat. Pinchazo, tiers de lame puis demi-estocade latérale paralysant la patte avant gauche du Concha. Dessable et silence pour le torero.
« Aceitulero » de Concha y Sierro pour Mehdi Savalli. Ce beau sarde salpicado, après larga de rodillas, resta relativement inédit au capote, prit une première pique sans mise en suerte avant de revenir trois fois dans le peto sans s’y employer. Après deux poder a poder et un cuarteo d’exécutions correctes, Mehdi commença par se faire désarmer lors des premiers doblones. Apparemment pas très à l’aise, le garçon sembla douter et dessina des passes sans consistance avant d’abréger le débat. Pinchazo, tiers de lame puis demi-estocade latérale paralysant la patte avant gauche du Concha. Dessable et silence pour le torero.

« Aceitulero » de Concha y Sierro pour Mehdi Savalli. Ce beau sarde salpicado, après larga de rodillas, resta relativement inédit au capote, prit une première pique sans mise en suerte avant de revenir trois fois dans le peto sans s’y employer. Après deux poder a poder et un cuarteo d’exécutions correctes, Mehdi commença par se faire désarmer lors des premiers doblones. Apparemment pas très à l’aise, le garçon sembla douter et dessina des passes sans consistance avant d’abréger le débat. Pinchazo, tiers de lame puis demi-estocade latérale paralysant la patte avant gauche du Concha. Dessable et silence pour le torero.

« Kalao » de Blohorn pour Thomas Joubert. Le plus lourd de la course mais aussi le moins armé (ou le plus douteux de cornes), ce qui lui valut quelques protestations du public. Après deux piques prises sans grand style et un quite par chicuelinas, Thomas prit la muleta mais on sentit que le coeur n’y était plus. Quelques essais ambidextres qui restèrent dans la grisaille, des muletazos arrachés au final avec plus de bonne volonté que d’efficacité. Trois-quart en place après pinchazo. Silence.
« Kalao » de Blohorn pour Thomas Joubert. Le plus lourd de la course mais aussi le moins armé (ou le plus douteux de cornes), ce qui lui valut quelques protestations du public. Après deux piques prises sans grand style et un quite par chicuelinas, Thomas prit la muleta mais on sentit que le coeur n’y était plus. Quelques essais ambidextres qui restèrent dans la grisaille, des muletazos arrachés au final avec plus de bonne volonté que d’efficacité. Trois-quart en place après pinchazo. Silence.
« Kalao » de Blohorn pour Thomas Joubert. Le plus lourd de la course mais aussi le moins armé (ou le plus douteux de cornes), ce qui lui valut quelques protestations du public. Après deux piques prises sans grand style et un quite par chicuelinas, Thomas prit la muleta mais on sentit que le coeur n’y était plus. Quelques essais ambidextres qui restèrent dans la grisaille, des muletazos arrachés au final avec plus de bonne volonté que d’efficacité. Trois-quart en place après pinchazo. Silence.
« Kalao » de Blohorn pour Thomas Joubert. Le plus lourd de la course mais aussi le moins armé (ou le plus douteux de cornes), ce qui lui valut quelques protestations du public. Après deux piques prises sans grand style et un quite par chicuelinas, Thomas prit la muleta mais on sentit que le coeur n’y était plus. Quelques essais ambidextres qui restèrent dans la grisaille, des muletazos arrachés au final avec plus de bonne volonté que d’efficacité. Trois-quart en place après pinchazo. Silence.
« Kalao » de Blohorn pour Thomas Joubert. Le plus lourd de la course mais aussi le moins armé (ou le plus douteux de cornes), ce qui lui valut quelques protestations du public. Après deux piques prises sans grand style et un quite par chicuelinas, Thomas prit la muleta mais on sentit que le coeur n’y était plus. Quelques essais ambidextres qui restèrent dans la grisaille, des muletazos arrachés au final avec plus de bonne volonté que d’efficacité. Trois-quart en place après pinchazo. Silence.
« Kalao » de Blohorn pour Thomas Joubert. Le plus lourd de la course mais aussi le moins armé (ou le plus douteux de cornes), ce qui lui valut quelques protestations du public. Après deux piques prises sans grand style et un quite par chicuelinas, Thomas prit la muleta mais on sentit que le coeur n’y était plus. Quelques essais ambidextres qui restèrent dans la grisaille, des muletazos arrachés au final avec plus de bonne volonté que d’efficacité. Trois-quart en place après pinchazo. Silence.
« Kalao » de Blohorn pour Thomas Joubert. Le plus lourd de la course mais aussi le moins armé (ou le plus douteux de cornes), ce qui lui valut quelques protestations du public. Après deux piques prises sans grand style et un quite par chicuelinas, Thomas prit la muleta mais on sentit que le coeur n’y était plus. Quelques essais ambidextres qui restèrent dans la grisaille, des muletazos arrachés au final avec plus de bonne volonté que d’efficacité. Trois-quart en place après pinchazo. Silence.
« Kalao » de Blohorn pour Thomas Joubert. Le plus lourd de la course mais aussi le moins armé (ou le plus douteux de cornes), ce qui lui valut quelques protestations du public. Après deux piques prises sans grand style et un quite par chicuelinas, Thomas prit la muleta mais on sentit que le coeur n’y était plus. Quelques essais ambidextres qui restèrent dans la grisaille, des muletazos arrachés au final avec plus de bonne volonté que d’efficacité. Trois-quart en place après pinchazo. Silence.
« Kalao » de Blohorn pour Thomas Joubert. Le plus lourd de la course mais aussi le moins armé (ou le plus douteux de cornes), ce qui lui valut quelques protestations du public. Après deux piques prises sans grand style et un quite par chicuelinas, Thomas prit la muleta mais on sentit que le coeur n’y était plus. Quelques essais ambidextres qui restèrent dans la grisaille, des muletazos arrachés au final avec plus de bonne volonté que d’efficacité. Trois-quart en place après pinchazo. Silence.
« Kalao » de Blohorn pour Thomas Joubert. Le plus lourd de la course mais aussi le moins armé (ou le plus douteux de cornes), ce qui lui valut quelques protestations du public. Après deux piques prises sans grand style et un quite par chicuelinas, Thomas prit la muleta mais on sentit que le coeur n’y était plus. Quelques essais ambidextres qui restèrent dans la grisaille, des muletazos arrachés au final avec plus de bonne volonté que d’efficacité. Trois-quart en place après pinchazo. Silence.
« Kalao » de Blohorn pour Thomas Joubert. Le plus lourd de la course mais aussi le moins armé (ou le plus douteux de cornes), ce qui lui valut quelques protestations du public. Après deux piques prises sans grand style et un quite par chicuelinas, Thomas prit la muleta mais on sentit que le coeur n’y était plus. Quelques essais ambidextres qui restèrent dans la grisaille, des muletazos arrachés au final avec plus de bonne volonté que d’efficacité. Trois-quart en place après pinchazo. Silence.
« Kalao » de Blohorn pour Thomas Joubert. Le plus lourd de la course mais aussi le moins armé (ou le plus douteux de cornes), ce qui lui valut quelques protestations du public. Après deux piques prises sans grand style et un quite par chicuelinas, Thomas prit la muleta mais on sentit que le coeur n’y était plus. Quelques essais ambidextres qui restèrent dans la grisaille, des muletazos arrachés au final avec plus de bonne volonté que d’efficacité. Trois-quart en place après pinchazo. Silence.
« Kalao » de Blohorn pour Thomas Joubert. Le plus lourd de la course mais aussi le moins armé (ou le plus douteux de cornes), ce qui lui valut quelques protestations du public. Après deux piques prises sans grand style et un quite par chicuelinas, Thomas prit la muleta mais on sentit que le coeur n’y était plus. Quelques essais ambidextres qui restèrent dans la grisaille, des muletazos arrachés au final avec plus de bonne volonté que d’efficacité. Trois-quart en place après pinchazo. Silence.
« Kalao » de Blohorn pour Thomas Joubert. Le plus lourd de la course mais aussi le moins armé (ou le plus douteux de cornes), ce qui lui valut quelques protestations du public. Après deux piques prises sans grand style et un quite par chicuelinas, Thomas prit la muleta mais on sentit que le coeur n’y était plus. Quelques essais ambidextres qui restèrent dans la grisaille, des muletazos arrachés au final avec plus de bonne volonté que d’efficacité. Trois-quart en place après pinchazo. Silence.
« Kalao » de Blohorn pour Thomas Joubert. Le plus lourd de la course mais aussi le moins armé (ou le plus douteux de cornes), ce qui lui valut quelques protestations du public. Après deux piques prises sans grand style et un quite par chicuelinas, Thomas prit la muleta mais on sentit que le coeur n’y était plus. Quelques essais ambidextres qui restèrent dans la grisaille, des muletazos arrachés au final avec plus de bonne volonté que d’efficacité. Trois-quart en place après pinchazo. Silence.
« Kalao » de Blohorn pour Thomas Joubert. Le plus lourd de la course mais aussi le moins armé (ou le plus douteux de cornes), ce qui lui valut quelques protestations du public. Après deux piques prises sans grand style et un quite par chicuelinas, Thomas prit la muleta mais on sentit que le coeur n’y était plus. Quelques essais ambidextres qui restèrent dans la grisaille, des muletazos arrachés au final avec plus de bonne volonté que d’efficacité. Trois-quart en place après pinchazo. Silence.
« Kalao » de Blohorn pour Thomas Joubert. Le plus lourd de la course mais aussi le moins armé (ou le plus douteux de cornes), ce qui lui valut quelques protestations du public. Après deux piques prises sans grand style et un quite par chicuelinas, Thomas prit la muleta mais on sentit que le coeur n’y était plus. Quelques essais ambidextres qui restèrent dans la grisaille, des muletazos arrachés au final avec plus de bonne volonté que d’efficacité. Trois-quart en place après pinchazo. Silence.

« Kalao » de Blohorn pour Thomas Joubert. Le plus lourd de la course mais aussi le moins armé (ou le plus douteux de cornes), ce qui lui valut quelques protestations du public. Après deux piques prises sans grand style et un quite par chicuelinas, Thomas prit la muleta mais on sentit que le coeur n’y était plus. Quelques essais ambidextres qui restèrent dans la grisaille, des muletazos arrachés au final avec plus de bonne volonté que d’efficacité. Trois-quart en place après pinchazo. Silence.

... LES FRERES GALLON RADIEUX ... MEHDI SAVALLI ET THOMAS JOUBERT A PIED ... MORENITO DE ARANDA A HOMBROS ... ENHORABUENA ...
... LES FRERES GALLON RADIEUX ... MEHDI SAVALLI ET THOMAS JOUBERT A PIED ... MORENITO DE ARANDA A HOMBROS ... ENHORABUENA ...
... LES FRERES GALLON RADIEUX ... MEHDI SAVALLI ET THOMAS JOUBERT A PIED ... MORENITO DE ARANDA A HOMBROS ... ENHORABUENA ...

... LES FRERES GALLON RADIEUX ... MEHDI SAVALLI ET THOMAS JOUBERT A PIED ... MORENITO DE ARANDA A HOMBROS ... ENHORABUENA ...

Préférant vous montrer mon reportage photos (sélectif) ...je n'ai pas voulu rajouter de la prose à la prose ... Je me suis donc contenté de reprendre les éléments de la reseña de l'ami "Paco" Patrick Colléoni  publiée sur son site http://torobravo.fr/saint-martin-de-crau-26-avril-morenito-de-aranda-confirme/ 

Merci à lui

http://torobravo.fr/​

... IL EST TEMPS D'ALLER SE METTRE A L'ABRI ET DE SE SECHER ...
... IL EST TEMPS D'ALLER SE METTRE A L'ABRI ET DE SE SECHER ...

... IL EST TEMPS D'ALLER SE METTRE A L'ABRI ET DE SE SECHER ...

Partager cet article

Repost 0
Published by Jiès Arles - dans Ferias & Corridas
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Jiès Arles
  • Le blog de Jiès Arles
  • : Reportages et Photographies de la Culture et des Traditions Taurines, Arlésiennes et Provençales avec, de temps en temps, des billets "d'humeur" ou "d'humour" et des "coups de coeur" à partager car il n'y a pas que la tauromachie dans la vie ...
  • Contact