Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mai 2015 3 13 /05 /mai /2015 16:08
... PALAVAS ... CORRIDA DU 8 MAI ... REPORTAGE-PHOTO AVEC LA RESEÑA DE PACO (torobravo.fr) ...
... PALAVAS ... CORRIDA DU 8 MAI ... REPORTAGE-PHOTO AVEC LA RESEÑA DE PACO (torobravo.fr) ...
... PALAVAS ... CORRIDA DU 8 MAI ... REPORTAGE-PHOTO AVEC LA RESEÑA DE PACO (torobravo.fr) ...
... PALAVAS ... CORRIDA DU 8 MAI ... REPORTAGE-PHOTO AVEC LA RESEÑA DE PACO (torobravo.fr) ...
... PALAVAS ... CORRIDA DU 8 MAI ... REPORTAGE-PHOTO AVEC LA RESEÑA DE PACO (torobravo.fr) ...

Corrida "française" à PALAVAS-LES-FLOTS (on ne peut guère mieux faire "français) ... avec des taureaux "français" (certe d'origine espagnole mais élevés en France) de la Ganaderia de Robert MARGE au Domaine des Monteilles ... 6 toros (et même presque 7 !) combattus par les 2 meilleurs toreros français du moment ... JUAN BAUTISTA et Sébatien CASTELLA (par ordre d'ancienneté en alternative), accompagnés d'un sobresaliente français, Jérémy BANTI. Certes les cuadrillas étaient franco-espagnoles mais, bon, faut pas exagérer non plus.

Sinon, à part ça, côté "fréquentation" ... 3/4 d'arène comme l'on estimé la plupart de mes "collègues", pour ma part j'irai même jusqu'à 8/10 ème mais sans en être absolument certain ! Ceci dit ... "tout le monde" (!) "réclame" que les professionnels taurins français soient mieux traités sur notre territoire mais encore faudrait-il que le public (aficionado surtout) réoonde "présent" quand les organisateurs font cet effort ou mettent des circonstances à leur profit ... on peut aussi en discuter longuement .... ce n'est pas le propos ici et maintenant !

Côté "météo" ... pas mauvais mais pas terrible non plus ... un peu au diapason des toros, par exemple ... en tout cas trsè mauvaise lumière à partir du 4ème et, en particulier, pendant que le soleil tardait à passer derrière le sommet des arènes.

La musique, en l'occurence "La gardounenque" n'a pas ménagé ses efforts, encouragée parfois par les toreros eux-mêmes ... les picadors ont ménagé les leurs (d'efforts) eu égard au manque de force du bétail ... les banderilleros ont ... banderillé et ont été applaudis, corne passée ou pas ! ... les toreros ont "fait le boulot" eu égard ... etc ... et le manao a mano s'est clôt sur le score de 2 à 1 ... je parle de trophées ... ce qui a permis à Juan Bautista de sortir sur les épaules à l'issue d'ue corrida qui ne marquera pas la temporada 2015 et n'aura que peu d'influence sur l'attribution des récompenses en fin de saison. On a pu voir 2 toreros au toreo différent ... l'un technique et classique, l'autre technique aussi mais plus artistique ... les 2, sur cette course, ne dégageant pas d'émotion et ne soulevat pas le public ... faut dire qu'avec ces toros faibles c'était "mission difficile" !

Quant à l'inamovible palco, et si l'attribution des oreilles n'a pas été contestée, on ne peut pas dire que la sortie du mouchoir bleu pour le 5 ème ait été judicieuse mais, à sa décharge, il n'a fait que répondre à quelques braillards-ignares (pléonasme !) ...

Et, comme d'habitude, à la sortie, il y avait quand même beaucoup de spectateurs contents ... les uns fans de l'arlésien, les autres fans du biterrois mais aussi un certain nombre d'un avis plus mitigé mais, chut, faut pas trop le dire !

Ces avis partagés n'auront pas empêché les uns et les autres de se retrouver autour et dans les bars et bodegas autour , le plus souvent, d'un verre de "jaune" !

Dernier point : on ne peut pas dire que le grand espace des bodegas, remplacé cette année par un parking, apporte beaucoup à l'ambiance et à la fiesta ... mais la crise et les contraintes budgétaires y sont sans doute pour quelque chose !

"Jiès"

Une corrida franco-française avec du bétail de Robert Margé pour deux toreros tricolores, et un bilan mitigé à l’arrivée, principalement à cause de la faiblesse du bétail des Monteilles.
Une corrida franco-française avec du bétail de Robert Margé pour deux toreros tricolores, et un bilan mitigé à l’arrivée, principalement à cause de la faiblesse du bétail des Monteilles.
Une corrida franco-française avec du bétail de Robert Margé pour deux toreros tricolores, et un bilan mitigé à l’arrivée, principalement à cause de la faiblesse du bétail des Monteilles.

Une corrida franco-française avec du bétail de Robert Margé pour deux toreros tricolores, et un bilan mitigé à l’arrivée, principalement à cause de la faiblesse du bétail des Monteilles.

Six toros et un sobrero qui ne laisseront guère de souvenirs tant leur présence fut de pure forme, à l’exception du sobrero qui manifesta un peu d’alegria, une qualité dont les sept autres étaient cruellement dépourvus. Le cinquième eut droit à une vuelta tout aussi ridicule que le palco qui sortit le mouchoir bleu. Juan Bautista est sorti a hombros après avoir coupé les deux oreilles du toro précédemment cité (5°). Ce triomphe, que le bétail nous fait relativiser, il ne le doit qu’à lui même, à son envie de bien faire et à un métier consommé qui ferait presque croire que toréer est facile. La difficile facilité, comment on l’entend souvent.
Six toros et un sobrero qui ne laisseront guère de souvenirs tant leur présence fut de pure forme, à l’exception du sobrero qui manifesta un peu d’alegria, une qualité dont les sept autres étaient cruellement dépourvus. Le cinquième eut droit à une vuelta tout aussi ridicule que le palco qui sortit le mouchoir bleu. Juan Bautista est sorti a hombros après avoir coupé les deux oreilles du toro précédemment cité (5°). Ce triomphe, que le bétail nous fait relativiser, il ne le doit qu’à lui même, à son envie de bien faire et à un métier consommé qui ferait presque croire que toréer est facile. La difficile facilité, comment on l’entend souvent.
Six toros et un sobrero qui ne laisseront guère de souvenirs tant leur présence fut de pure forme, à l’exception du sobrero qui manifesta un peu d’alegria, une qualité dont les sept autres étaient cruellement dépourvus. Le cinquième eut droit à une vuelta tout aussi ridicule que le palco qui sortit le mouchoir bleu. Juan Bautista est sorti a hombros après avoir coupé les deux oreilles du toro précédemment cité (5°). Ce triomphe, que le bétail nous fait relativiser, il ne le doit qu’à lui même, à son envie de bien faire et à un métier consommé qui ferait presque croire que toréer est facile. La difficile facilité, comment on l’entend souvent.

Six toros et un sobrero qui ne laisseront guère de souvenirs tant leur présence fut de pure forme, à l’exception du sobrero qui manifesta un peu d’alegria, une qualité dont les sept autres étaient cruellement dépourvus. Le cinquième eut droit à une vuelta tout aussi ridicule que le palco qui sortit le mouchoir bleu. Juan Bautista est sorti a hombros après avoir coupé les deux oreilles du toro précédemment cité (5°). Ce triomphe, que le bétail nous fait relativiser, il ne le doit qu’à lui même, à son envie de bien faire et à un métier consommé qui ferait presque croire que toréer est facile. La difficile facilité, comment on l’entend souvent.

Face au premier de la course qui poussa un peu sous l’unique pique, il dessina de jolies véroniques d’accueil, puis un quite par chicuelinas et demie avant d’entamer une faena ambidextre (forcément) servie à mi-hauteur et sans trop se croiser pour ne pas trop obliger un bicho bien peu solide sur ses aplombs. Salut après une entière en place.
Face au premier de la course qui poussa un peu sous l’unique pique, il dessina de jolies véroniques d’accueil, puis un quite par chicuelinas et demie avant d’entamer une faena ambidextre (forcément) servie à mi-hauteur et sans trop se croiser pour ne pas trop obliger un bicho bien peu solide sur ses aplombs. Salut après une entière en place.
Face au premier de la course qui poussa un peu sous l’unique pique, il dessina de jolies véroniques d’accueil, puis un quite par chicuelinas et demie avant d’entamer une faena ambidextre (forcément) servie à mi-hauteur et sans trop se croiser pour ne pas trop obliger un bicho bien peu solide sur ses aplombs. Salut après une entière en place.
Face au premier de la course qui poussa un peu sous l’unique pique, il dessina de jolies véroniques d’accueil, puis un quite par chicuelinas et demie avant d’entamer une faena ambidextre (forcément) servie à mi-hauteur et sans trop se croiser pour ne pas trop obliger un bicho bien peu solide sur ses aplombs. Salut après une entière en place.
Face au premier de la course qui poussa un peu sous l’unique pique, il dessina de jolies véroniques d’accueil, puis un quite par chicuelinas et demie avant d’entamer une faena ambidextre (forcément) servie à mi-hauteur et sans trop se croiser pour ne pas trop obliger un bicho bien peu solide sur ses aplombs. Salut après une entière en place.
Face au premier de la course qui poussa un peu sous l’unique pique, il dessina de jolies véroniques d’accueil, puis un quite par chicuelinas et demie avant d’entamer une faena ambidextre (forcément) servie à mi-hauteur et sans trop se croiser pour ne pas trop obliger un bicho bien peu solide sur ses aplombs. Salut après une entière en place.
Face au premier de la course qui poussa un peu sous l’unique pique, il dessina de jolies véroniques d’accueil, puis un quite par chicuelinas et demie avant d’entamer une faena ambidextre (forcément) servie à mi-hauteur et sans trop se croiser pour ne pas trop obliger un bicho bien peu solide sur ses aplombs. Salut après une entière en place.
Face au premier de la course qui poussa un peu sous l’unique pique, il dessina de jolies véroniques d’accueil, puis un quite par chicuelinas et demie avant d’entamer une faena ambidextre (forcément) servie à mi-hauteur et sans trop se croiser pour ne pas trop obliger un bicho bien peu solide sur ses aplombs. Salut après une entière en place.
Face au premier de la course qui poussa un peu sous l’unique pique, il dessina de jolies véroniques d’accueil, puis un quite par chicuelinas et demie avant d’entamer une faena ambidextre (forcément) servie à mi-hauteur et sans trop se croiser pour ne pas trop obliger un bicho bien peu solide sur ses aplombs. Salut après une entière en place.
Face au premier de la course qui poussa un peu sous l’unique pique, il dessina de jolies véroniques d’accueil, puis un quite par chicuelinas et demie avant d’entamer une faena ambidextre (forcément) servie à mi-hauteur et sans trop se croiser pour ne pas trop obliger un bicho bien peu solide sur ses aplombs. Salut après une entière en place.
Face au premier de la course qui poussa un peu sous l’unique pique, il dessina de jolies véroniques d’accueil, puis un quite par chicuelinas et demie avant d’entamer une faena ambidextre (forcément) servie à mi-hauteur et sans trop se croiser pour ne pas trop obliger un bicho bien peu solide sur ses aplombs. Salut après une entière en place.
Face au premier de la course qui poussa un peu sous l’unique pique, il dessina de jolies véroniques d’accueil, puis un quite par chicuelinas et demie avant d’entamer une faena ambidextre (forcément) servie à mi-hauteur et sans trop se croiser pour ne pas trop obliger un bicho bien peu solide sur ses aplombs. Salut après une entière en place.
Face au premier de la course qui poussa un peu sous l’unique pique, il dessina de jolies véroniques d’accueil, puis un quite par chicuelinas et demie avant d’entamer une faena ambidextre (forcément) servie à mi-hauteur et sans trop se croiser pour ne pas trop obliger un bicho bien peu solide sur ses aplombs. Salut après une entière en place.

Face au premier de la course qui poussa un peu sous l’unique pique, il dessina de jolies véroniques d’accueil, puis un quite par chicuelinas et demie avant d’entamer une faena ambidextre (forcément) servie à mi-hauteur et sans trop se croiser pour ne pas trop obliger un bicho bien peu solide sur ses aplombs. Salut après une entière en place.

Même scénario avec le troisième qui, à l’identique du premier, poussa un peu la pièce montée lors d’une courte rencontre, et qui se prêta au jeu des étoffes avec soseria. On retiendra quelques bonnes véroniques et deux demies à l’accueil, puis des muletazos sur les deux mains au tracé impeccable mais manquant de transmission à cause de l’absence d’opposition. Quelques détails tels un desprecio par ci ou une trincherilla par là ne parvinrent à épicer un plat qui resta bien fade. Trois-quarts contraire tendida, quatre descabellos, silence.
Même scénario avec le troisième qui, à l’identique du premier, poussa un peu la pièce montée lors d’une courte rencontre, et qui se prêta au jeu des étoffes avec soseria. On retiendra quelques bonnes véroniques et deux demies à l’accueil, puis des muletazos sur les deux mains au tracé impeccable mais manquant de transmission à cause de l’absence d’opposition. Quelques détails tels un desprecio par ci ou une trincherilla par là ne parvinrent à épicer un plat qui resta bien fade. Trois-quarts contraire tendida, quatre descabellos, silence.
Même scénario avec le troisième qui, à l’identique du premier, poussa un peu la pièce montée lors d’une courte rencontre, et qui se prêta au jeu des étoffes avec soseria. On retiendra quelques bonnes véroniques et deux demies à l’accueil, puis des muletazos sur les deux mains au tracé impeccable mais manquant de transmission à cause de l’absence d’opposition. Quelques détails tels un desprecio par ci ou une trincherilla par là ne parvinrent à épicer un plat qui resta bien fade. Trois-quarts contraire tendida, quatre descabellos, silence.
Même scénario avec le troisième qui, à l’identique du premier, poussa un peu la pièce montée lors d’une courte rencontre, et qui se prêta au jeu des étoffes avec soseria. On retiendra quelques bonnes véroniques et deux demies à l’accueil, puis des muletazos sur les deux mains au tracé impeccable mais manquant de transmission à cause de l’absence d’opposition. Quelques détails tels un desprecio par ci ou une trincherilla par là ne parvinrent à épicer un plat qui resta bien fade. Trois-quarts contraire tendida, quatre descabellos, silence.
Même scénario avec le troisième qui, à l’identique du premier, poussa un peu la pièce montée lors d’une courte rencontre, et qui se prêta au jeu des étoffes avec soseria. On retiendra quelques bonnes véroniques et deux demies à l’accueil, puis des muletazos sur les deux mains au tracé impeccable mais manquant de transmission à cause de l’absence d’opposition. Quelques détails tels un desprecio par ci ou une trincherilla par là ne parvinrent à épicer un plat qui resta bien fade. Trois-quarts contraire tendida, quatre descabellos, silence.
Même scénario avec le troisième qui, à l’identique du premier, poussa un peu la pièce montée lors d’une courte rencontre, et qui se prêta au jeu des étoffes avec soseria. On retiendra quelques bonnes véroniques et deux demies à l’accueil, puis des muletazos sur les deux mains au tracé impeccable mais manquant de transmission à cause de l’absence d’opposition. Quelques détails tels un desprecio par ci ou une trincherilla par là ne parvinrent à épicer un plat qui resta bien fade. Trois-quarts contraire tendida, quatre descabellos, silence.
Même scénario avec le troisième qui, à l’identique du premier, poussa un peu la pièce montée lors d’une courte rencontre, et qui se prêta au jeu des étoffes avec soseria. On retiendra quelques bonnes véroniques et deux demies à l’accueil, puis des muletazos sur les deux mains au tracé impeccable mais manquant de transmission à cause de l’absence d’opposition. Quelques détails tels un desprecio par ci ou une trincherilla par là ne parvinrent à épicer un plat qui resta bien fade. Trois-quarts contraire tendida, quatre descabellos, silence.
Même scénario avec le troisième qui, à l’identique du premier, poussa un peu la pièce montée lors d’une courte rencontre, et qui se prêta au jeu des étoffes avec soseria. On retiendra quelques bonnes véroniques et deux demies à l’accueil, puis des muletazos sur les deux mains au tracé impeccable mais manquant de transmission à cause de l’absence d’opposition. Quelques détails tels un desprecio par ci ou une trincherilla par là ne parvinrent à épicer un plat qui resta bien fade. Trois-quarts contraire tendida, quatre descabellos, silence.
Même scénario avec le troisième qui, à l’identique du premier, poussa un peu la pièce montée lors d’une courte rencontre, et qui se prêta au jeu des étoffes avec soseria. On retiendra quelques bonnes véroniques et deux demies à l’accueil, puis des muletazos sur les deux mains au tracé impeccable mais manquant de transmission à cause de l’absence d’opposition. Quelques détails tels un desprecio par ci ou une trincherilla par là ne parvinrent à épicer un plat qui resta bien fade. Trois-quarts contraire tendida, quatre descabellos, silence.
Même scénario avec le troisième qui, à l’identique du premier, poussa un peu la pièce montée lors d’une courte rencontre, et qui se prêta au jeu des étoffes avec soseria. On retiendra quelques bonnes véroniques et deux demies à l’accueil, puis des muletazos sur les deux mains au tracé impeccable mais manquant de transmission à cause de l’absence d’opposition. Quelques détails tels un desprecio par ci ou une trincherilla par là ne parvinrent à épicer un plat qui resta bien fade. Trois-quarts contraire tendida, quatre descabellos, silence.
Même scénario avec le troisième qui, à l’identique du premier, poussa un peu la pièce montée lors d’une courte rencontre, et qui se prêta au jeu des étoffes avec soseria. On retiendra quelques bonnes véroniques et deux demies à l’accueil, puis des muletazos sur les deux mains au tracé impeccable mais manquant de transmission à cause de l’absence d’opposition. Quelques détails tels un desprecio par ci ou une trincherilla par là ne parvinrent à épicer un plat qui resta bien fade. Trois-quarts contraire tendida, quatre descabellos, silence.
Même scénario avec le troisième qui, à l’identique du premier, poussa un peu la pièce montée lors d’une courte rencontre, et qui se prêta au jeu des étoffes avec soseria. On retiendra quelques bonnes véroniques et deux demies à l’accueil, puis des muletazos sur les deux mains au tracé impeccable mais manquant de transmission à cause de l’absence d’opposition. Quelques détails tels un desprecio par ci ou une trincherilla par là ne parvinrent à épicer un plat qui resta bien fade. Trois-quarts contraire tendida, quatre descabellos, silence.
Même scénario avec le troisième qui, à l’identique du premier, poussa un peu la pièce montée lors d’une courte rencontre, et qui se prêta au jeu des étoffes avec soseria. On retiendra quelques bonnes véroniques et deux demies à l’accueil, puis des muletazos sur les deux mains au tracé impeccable mais manquant de transmission à cause de l’absence d’opposition. Quelques détails tels un desprecio par ci ou une trincherilla par là ne parvinrent à épicer un plat qui resta bien fade. Trois-quarts contraire tendida, quatre descabellos, silence.
Même scénario avec le troisième qui, à l’identique du premier, poussa un peu la pièce montée lors d’une courte rencontre, et qui se prêta au jeu des étoffes avec soseria. On retiendra quelques bonnes véroniques et deux demies à l’accueil, puis des muletazos sur les deux mains au tracé impeccable mais manquant de transmission à cause de l’absence d’opposition. Quelques détails tels un desprecio par ci ou une trincherilla par là ne parvinrent à épicer un plat qui resta bien fade. Trois-quarts contraire tendida, quatre descabellos, silence.

Même scénario avec le troisième qui, à l’identique du premier, poussa un peu la pièce montée lors d’une courte rencontre, et qui se prêta au jeu des étoffes avec soseria. On retiendra quelques bonnes véroniques et deux demies à l’accueil, puis des muletazos sur les deux mains au tracé impeccable mais manquant de transmission à cause de l’absence d’opposition. Quelques détails tels un desprecio par ci ou une trincherilla par là ne parvinrent à épicer un plat qui resta bien fade. Trois-quarts contraire tendida, quatre descabellos, silence.

Jean-Baptiste mit tout son poids dans la balance pour ne pas quitter la plaza les mains vides. Il s’agenouilla donc pour recevoir le cinquième par deux largas cambiadas près des planches, se relevant ensuite pour soigner le dessin de quelques véroniques. Après une pique quelconque vite administrée, à la demande du public l’arlésien prit  les banderilles pour clouer trois bonnes paires en poder a poder, violin et quiebro. Débutée genoux en terre, la faena majoritairement droitière fut de bonne facture, variée, agrémentée de jolie détails et terminée sans l’épée. Entière traserita a recibir et deux oreilles acquises à la force du poignet. La sosa collaboration du bicho ne méritait pas la vuelta que quelques braillards incompétents crurent bon de réclamer.
Jean-Baptiste mit tout son poids dans la balance pour ne pas quitter la plaza les mains vides. Il s’agenouilla donc pour recevoir le cinquième par deux largas cambiadas près des planches, se relevant ensuite pour soigner le dessin de quelques véroniques. Après une pique quelconque vite administrée, à la demande du public l’arlésien prit  les banderilles pour clouer trois bonnes paires en poder a poder, violin et quiebro. Débutée genoux en terre, la faena majoritairement droitière fut de bonne facture, variée, agrémentée de jolie détails et terminée sans l’épée. Entière traserita a recibir et deux oreilles acquises à la force du poignet. La sosa collaboration du bicho ne méritait pas la vuelta que quelques braillards incompétents crurent bon de réclamer.
Jean-Baptiste mit tout son poids dans la balance pour ne pas quitter la plaza les mains vides. Il s’agenouilla donc pour recevoir le cinquième par deux largas cambiadas près des planches, se relevant ensuite pour soigner le dessin de quelques véroniques. Après une pique quelconque vite administrée, à la demande du public l’arlésien prit  les banderilles pour clouer trois bonnes paires en poder a poder, violin et quiebro. Débutée genoux en terre, la faena majoritairement droitière fut de bonne facture, variée, agrémentée de jolie détails et terminée sans l’épée. Entière traserita a recibir et deux oreilles acquises à la force du poignet. La sosa collaboration du bicho ne méritait pas la vuelta que quelques braillards incompétents crurent bon de réclamer.
Jean-Baptiste mit tout son poids dans la balance pour ne pas quitter la plaza les mains vides. Il s’agenouilla donc pour recevoir le cinquième par deux largas cambiadas près des planches, se relevant ensuite pour soigner le dessin de quelques véroniques. Après une pique quelconque vite administrée, à la demande du public l’arlésien prit  les banderilles pour clouer trois bonnes paires en poder a poder, violin et quiebro. Débutée genoux en terre, la faena majoritairement droitière fut de bonne facture, variée, agrémentée de jolie détails et terminée sans l’épée. Entière traserita a recibir et deux oreilles acquises à la force du poignet. La sosa collaboration du bicho ne méritait pas la vuelta que quelques braillards incompétents crurent bon de réclamer.
Jean-Baptiste mit tout son poids dans la balance pour ne pas quitter la plaza les mains vides. Il s’agenouilla donc pour recevoir le cinquième par deux largas cambiadas près des planches, se relevant ensuite pour soigner le dessin de quelques véroniques. Après une pique quelconque vite administrée, à la demande du public l’arlésien prit  les banderilles pour clouer trois bonnes paires en poder a poder, violin et quiebro. Débutée genoux en terre, la faena majoritairement droitière fut de bonne facture, variée, agrémentée de jolie détails et terminée sans l’épée. Entière traserita a recibir et deux oreilles acquises à la force du poignet. La sosa collaboration du bicho ne méritait pas la vuelta que quelques braillards incompétents crurent bon de réclamer.
Jean-Baptiste mit tout son poids dans la balance pour ne pas quitter la plaza les mains vides. Il s’agenouilla donc pour recevoir le cinquième par deux largas cambiadas près des planches, se relevant ensuite pour soigner le dessin de quelques véroniques. Après une pique quelconque vite administrée, à la demande du public l’arlésien prit  les banderilles pour clouer trois bonnes paires en poder a poder, violin et quiebro. Débutée genoux en terre, la faena majoritairement droitière fut de bonne facture, variée, agrémentée de jolie détails et terminée sans l’épée. Entière traserita a recibir et deux oreilles acquises à la force du poignet. La sosa collaboration du bicho ne méritait pas la vuelta que quelques braillards incompétents crurent bon de réclamer.
Jean-Baptiste mit tout son poids dans la balance pour ne pas quitter la plaza les mains vides. Il s’agenouilla donc pour recevoir le cinquième par deux largas cambiadas près des planches, se relevant ensuite pour soigner le dessin de quelques véroniques. Après une pique quelconque vite administrée, à la demande du public l’arlésien prit  les banderilles pour clouer trois bonnes paires en poder a poder, violin et quiebro. Débutée genoux en terre, la faena majoritairement droitière fut de bonne facture, variée, agrémentée de jolie détails et terminée sans l’épée. Entière traserita a recibir et deux oreilles acquises à la force du poignet. La sosa collaboration du bicho ne méritait pas la vuelta que quelques braillards incompétents crurent bon de réclamer.
Jean-Baptiste mit tout son poids dans la balance pour ne pas quitter la plaza les mains vides. Il s’agenouilla donc pour recevoir le cinquième par deux largas cambiadas près des planches, se relevant ensuite pour soigner le dessin de quelques véroniques. Après une pique quelconque vite administrée, à la demande du public l’arlésien prit  les banderilles pour clouer trois bonnes paires en poder a poder, violin et quiebro. Débutée genoux en terre, la faena majoritairement droitière fut de bonne facture, variée, agrémentée de jolie détails et terminée sans l’épée. Entière traserita a recibir et deux oreilles acquises à la force du poignet. La sosa collaboration du bicho ne méritait pas la vuelta que quelques braillards incompétents crurent bon de réclamer.
Jean-Baptiste mit tout son poids dans la balance pour ne pas quitter la plaza les mains vides. Il s’agenouilla donc pour recevoir le cinquième par deux largas cambiadas près des planches, se relevant ensuite pour soigner le dessin de quelques véroniques. Après une pique quelconque vite administrée, à la demande du public l’arlésien prit  les banderilles pour clouer trois bonnes paires en poder a poder, violin et quiebro. Débutée genoux en terre, la faena majoritairement droitière fut de bonne facture, variée, agrémentée de jolie détails et terminée sans l’épée. Entière traserita a recibir et deux oreilles acquises à la force du poignet. La sosa collaboration du bicho ne méritait pas la vuelta que quelques braillards incompétents crurent bon de réclamer.
Jean-Baptiste mit tout son poids dans la balance pour ne pas quitter la plaza les mains vides. Il s’agenouilla donc pour recevoir le cinquième par deux largas cambiadas près des planches, se relevant ensuite pour soigner le dessin de quelques véroniques. Après une pique quelconque vite administrée, à la demande du public l’arlésien prit  les banderilles pour clouer trois bonnes paires en poder a poder, violin et quiebro. Débutée genoux en terre, la faena majoritairement droitière fut de bonne facture, variée, agrémentée de jolie détails et terminée sans l’épée. Entière traserita a recibir et deux oreilles acquises à la force du poignet. La sosa collaboration du bicho ne méritait pas la vuelta que quelques braillards incompétents crurent bon de réclamer.
Jean-Baptiste mit tout son poids dans la balance pour ne pas quitter la plaza les mains vides. Il s’agenouilla donc pour recevoir le cinquième par deux largas cambiadas près des planches, se relevant ensuite pour soigner le dessin de quelques véroniques. Après une pique quelconque vite administrée, à la demande du public l’arlésien prit  les banderilles pour clouer trois bonnes paires en poder a poder, violin et quiebro. Débutée genoux en terre, la faena majoritairement droitière fut de bonne facture, variée, agrémentée de jolie détails et terminée sans l’épée. Entière traserita a recibir et deux oreilles acquises à la force du poignet. La sosa collaboration du bicho ne méritait pas la vuelta que quelques braillards incompétents crurent bon de réclamer.
Jean-Baptiste mit tout son poids dans la balance pour ne pas quitter la plaza les mains vides. Il s’agenouilla donc pour recevoir le cinquième par deux largas cambiadas près des planches, se relevant ensuite pour soigner le dessin de quelques véroniques. Après une pique quelconque vite administrée, à la demande du public l’arlésien prit  les banderilles pour clouer trois bonnes paires en poder a poder, violin et quiebro. Débutée genoux en terre, la faena majoritairement droitière fut de bonne facture, variée, agrémentée de jolie détails et terminée sans l’épée. Entière traserita a recibir et deux oreilles acquises à la force du poignet. La sosa collaboration du bicho ne méritait pas la vuelta que quelques braillards incompétents crurent bon de réclamer.
Jean-Baptiste mit tout son poids dans la balance pour ne pas quitter la plaza les mains vides. Il s’agenouilla donc pour recevoir le cinquième par deux largas cambiadas près des planches, se relevant ensuite pour soigner le dessin de quelques véroniques. Après une pique quelconque vite administrée, à la demande du public l’arlésien prit  les banderilles pour clouer trois bonnes paires en poder a poder, violin et quiebro. Débutée genoux en terre, la faena majoritairement droitière fut de bonne facture, variée, agrémentée de jolie détails et terminée sans l’épée. Entière traserita a recibir et deux oreilles acquises à la force du poignet. La sosa collaboration du bicho ne méritait pas la vuelta que quelques braillards incompétents crurent bon de réclamer.
Jean-Baptiste mit tout son poids dans la balance pour ne pas quitter la plaza les mains vides. Il s’agenouilla donc pour recevoir le cinquième par deux largas cambiadas près des planches, se relevant ensuite pour soigner le dessin de quelques véroniques. Après une pique quelconque vite administrée, à la demande du public l’arlésien prit  les banderilles pour clouer trois bonnes paires en poder a poder, violin et quiebro. Débutée genoux en terre, la faena majoritairement droitière fut de bonne facture, variée, agrémentée de jolie détails et terminée sans l’épée. Entière traserita a recibir et deux oreilles acquises à la force du poignet. La sosa collaboration du bicho ne méritait pas la vuelta que quelques braillards incompétents crurent bon de réclamer.
Jean-Baptiste mit tout son poids dans la balance pour ne pas quitter la plaza les mains vides. Il s’agenouilla donc pour recevoir le cinquième par deux largas cambiadas près des planches, se relevant ensuite pour soigner le dessin de quelques véroniques. Après une pique quelconque vite administrée, à la demande du public l’arlésien prit  les banderilles pour clouer trois bonnes paires en poder a poder, violin et quiebro. Débutée genoux en terre, la faena majoritairement droitière fut de bonne facture, variée, agrémentée de jolie détails et terminée sans l’épée. Entière traserita a recibir et deux oreilles acquises à la force du poignet. La sosa collaboration du bicho ne méritait pas la vuelta que quelques braillards incompétents crurent bon de réclamer.
Jean-Baptiste mit tout son poids dans la balance pour ne pas quitter la plaza les mains vides. Il s’agenouilla donc pour recevoir le cinquième par deux largas cambiadas près des planches, se relevant ensuite pour soigner le dessin de quelques véroniques. Après une pique quelconque vite administrée, à la demande du public l’arlésien prit  les banderilles pour clouer trois bonnes paires en poder a poder, violin et quiebro. Débutée genoux en terre, la faena majoritairement droitière fut de bonne facture, variée, agrémentée de jolie détails et terminée sans l’épée. Entière traserita a recibir et deux oreilles acquises à la force du poignet. La sosa collaboration du bicho ne méritait pas la vuelta que quelques braillards incompétents crurent bon de réclamer.
Jean-Baptiste mit tout son poids dans la balance pour ne pas quitter la plaza les mains vides. Il s’agenouilla donc pour recevoir le cinquième par deux largas cambiadas près des planches, se relevant ensuite pour soigner le dessin de quelques véroniques. Après une pique quelconque vite administrée, à la demande du public l’arlésien prit  les banderilles pour clouer trois bonnes paires en poder a poder, violin et quiebro. Débutée genoux en terre, la faena majoritairement droitière fut de bonne facture, variée, agrémentée de jolie détails et terminée sans l’épée. Entière traserita a recibir et deux oreilles acquises à la force du poignet. La sosa collaboration du bicho ne méritait pas la vuelta que quelques braillards incompétents crurent bon de réclamer.
Jean-Baptiste mit tout son poids dans la balance pour ne pas quitter la plaza les mains vides. Il s’agenouilla donc pour recevoir le cinquième par deux largas cambiadas près des planches, se relevant ensuite pour soigner le dessin de quelques véroniques. Après une pique quelconque vite administrée, à la demande du public l’arlésien prit  les banderilles pour clouer trois bonnes paires en poder a poder, violin et quiebro. Débutée genoux en terre, la faena majoritairement droitière fut de bonne facture, variée, agrémentée de jolie détails et terminée sans l’épée. Entière traserita a recibir et deux oreilles acquises à la force du poignet. La sosa collaboration du bicho ne méritait pas la vuelta que quelques braillards incompétents crurent bon de réclamer.

Jean-Baptiste mit tout son poids dans la balance pour ne pas quitter la plaza les mains vides. Il s’agenouilla donc pour recevoir le cinquième par deux largas cambiadas près des planches, se relevant ensuite pour soigner le dessin de quelques véroniques. Après une pique quelconque vite administrée, à la demande du public l’arlésien prit les banderilles pour clouer trois bonnes paires en poder a poder, violin et quiebro. Débutée genoux en terre, la faena majoritairement droitière fut de bonne facture, variée, agrémentée de jolie détails et terminée sans l’épée. Entière traserita a recibir et deux oreilles acquises à la force du poignet. La sosa collaboration du bicho ne méritait pas la vuelta que quelques braillards incompétents crurent bon de réclamer.

Sébastien Castella templa parfaitement les véroniques d’accueil du second qui, emporté par son élan, fit un roulé-boulé sur le côté puis qui sortit ensuite en fléchissant d’une unique ration de fer de faible intensité. L’animal, en recherche permanente d’équilibre, fut ensuite toréé avec beaucoup de douceur lors d’une faena ambidextre esthétique mais manquant forcément d’intensité. Final encimista avec les traditionnelles circulaires à l’endroit et à l’envers, puis manoletinas précédant une entière en place foudroyante portée au second assaut. Oreille.
Sébastien Castella templa parfaitement les véroniques d’accueil du second qui, emporté par son élan, fit un roulé-boulé sur le côté puis qui sortit ensuite en fléchissant d’une unique ration de fer de faible intensité. L’animal, en recherche permanente d’équilibre, fut ensuite toréé avec beaucoup de douceur lors d’une faena ambidextre esthétique mais manquant forcément d’intensité. Final encimista avec les traditionnelles circulaires à l’endroit et à l’envers, puis manoletinas précédant une entière en place foudroyante portée au second assaut. Oreille.
Sébastien Castella templa parfaitement les véroniques d’accueil du second qui, emporté par son élan, fit un roulé-boulé sur le côté puis qui sortit ensuite en fléchissant d’une unique ration de fer de faible intensité. L’animal, en recherche permanente d’équilibre, fut ensuite toréé avec beaucoup de douceur lors d’une faena ambidextre esthétique mais manquant forcément d’intensité. Final encimista avec les traditionnelles circulaires à l’endroit et à l’envers, puis manoletinas précédant une entière en place foudroyante portée au second assaut. Oreille.
Sébastien Castella templa parfaitement les véroniques d’accueil du second qui, emporté par son élan, fit un roulé-boulé sur le côté puis qui sortit ensuite en fléchissant d’une unique ration de fer de faible intensité. L’animal, en recherche permanente d’équilibre, fut ensuite toréé avec beaucoup de douceur lors d’une faena ambidextre esthétique mais manquant forcément d’intensité. Final encimista avec les traditionnelles circulaires à l’endroit et à l’envers, puis manoletinas précédant une entière en place foudroyante portée au second assaut. Oreille.
Sébastien Castella templa parfaitement les véroniques d’accueil du second qui, emporté par son élan, fit un roulé-boulé sur le côté puis qui sortit ensuite en fléchissant d’une unique ration de fer de faible intensité. L’animal, en recherche permanente d’équilibre, fut ensuite toréé avec beaucoup de douceur lors d’une faena ambidextre esthétique mais manquant forcément d’intensité. Final encimista avec les traditionnelles circulaires à l’endroit et à l’envers, puis manoletinas précédant une entière en place foudroyante portée au second assaut. Oreille.
Sébastien Castella templa parfaitement les véroniques d’accueil du second qui, emporté par son élan, fit un roulé-boulé sur le côté puis qui sortit ensuite en fléchissant d’une unique ration de fer de faible intensité. L’animal, en recherche permanente d’équilibre, fut ensuite toréé avec beaucoup de douceur lors d’une faena ambidextre esthétique mais manquant forcément d’intensité. Final encimista avec les traditionnelles circulaires à l’endroit et à l’envers, puis manoletinas précédant une entière en place foudroyante portée au second assaut. Oreille.
Sébastien Castella templa parfaitement les véroniques d’accueil du second qui, emporté par son élan, fit un roulé-boulé sur le côté puis qui sortit ensuite en fléchissant d’une unique ration de fer de faible intensité. L’animal, en recherche permanente d’équilibre, fut ensuite toréé avec beaucoup de douceur lors d’une faena ambidextre esthétique mais manquant forcément d’intensité. Final encimista avec les traditionnelles circulaires à l’endroit et à l’envers, puis manoletinas précédant une entière en place foudroyante portée au second assaut. Oreille.
Sébastien Castella templa parfaitement les véroniques d’accueil du second qui, emporté par son élan, fit un roulé-boulé sur le côté puis qui sortit ensuite en fléchissant d’une unique ration de fer de faible intensité. L’animal, en recherche permanente d’équilibre, fut ensuite toréé avec beaucoup de douceur lors d’une faena ambidextre esthétique mais manquant forcément d’intensité. Final encimista avec les traditionnelles circulaires à l’endroit et à l’envers, puis manoletinas précédant une entière en place foudroyante portée au second assaut. Oreille.
Sébastien Castella templa parfaitement les véroniques d’accueil du second qui, emporté par son élan, fit un roulé-boulé sur le côté puis qui sortit ensuite en fléchissant d’une unique ration de fer de faible intensité. L’animal, en recherche permanente d’équilibre, fut ensuite toréé avec beaucoup de douceur lors d’une faena ambidextre esthétique mais manquant forcément d’intensité. Final encimista avec les traditionnelles circulaires à l’endroit et à l’envers, puis manoletinas précédant une entière en place foudroyante portée au second assaut. Oreille.
Sébastien Castella templa parfaitement les véroniques d’accueil du second qui, emporté par son élan, fit un roulé-boulé sur le côté puis qui sortit ensuite en fléchissant d’une unique ration de fer de faible intensité. L’animal, en recherche permanente d’équilibre, fut ensuite toréé avec beaucoup de douceur lors d’une faena ambidextre esthétique mais manquant forcément d’intensité. Final encimista avec les traditionnelles circulaires à l’endroit et à l’envers, puis manoletinas précédant une entière en place foudroyante portée au second assaut. Oreille.
Sébastien Castella templa parfaitement les véroniques d’accueil du second qui, emporté par son élan, fit un roulé-boulé sur le côté puis qui sortit ensuite en fléchissant d’une unique ration de fer de faible intensité. L’animal, en recherche permanente d’équilibre, fut ensuite toréé avec beaucoup de douceur lors d’une faena ambidextre esthétique mais manquant forcément d’intensité. Final encimista avec les traditionnelles circulaires à l’endroit et à l’envers, puis manoletinas précédant une entière en place foudroyante portée au second assaut. Oreille.
Sébastien Castella templa parfaitement les véroniques d’accueil du second qui, emporté par son élan, fit un roulé-boulé sur le côté puis qui sortit ensuite en fléchissant d’une unique ration de fer de faible intensité. L’animal, en recherche permanente d’équilibre, fut ensuite toréé avec beaucoup de douceur lors d’une faena ambidextre esthétique mais manquant forcément d’intensité. Final encimista avec les traditionnelles circulaires à l’endroit et à l’envers, puis manoletinas précédant une entière en place foudroyante portée au second assaut. Oreille.
Sébastien Castella templa parfaitement les véroniques d’accueil du second qui, emporté par son élan, fit un roulé-boulé sur le côté puis qui sortit ensuite en fléchissant d’une unique ration de fer de faible intensité. L’animal, en recherche permanente d’équilibre, fut ensuite toréé avec beaucoup de douceur lors d’une faena ambidextre esthétique mais manquant forcément d’intensité. Final encimista avec les traditionnelles circulaires à l’endroit et à l’envers, puis manoletinas précédant une entière en place foudroyante portée au second assaut. Oreille.
Sébastien Castella templa parfaitement les véroniques d’accueil du second qui, emporté par son élan, fit un roulé-boulé sur le côté puis qui sortit ensuite en fléchissant d’une unique ration de fer de faible intensité. L’animal, en recherche permanente d’équilibre, fut ensuite toréé avec beaucoup de douceur lors d’une faena ambidextre esthétique mais manquant forcément d’intensité. Final encimista avec les traditionnelles circulaires à l’endroit et à l’envers, puis manoletinas précédant une entière en place foudroyante portée au second assaut. Oreille.

Sébastien Castella templa parfaitement les véroniques d’accueil du second qui, emporté par son élan, fit un roulé-boulé sur le côté puis qui sortit ensuite en fléchissant d’une unique ration de fer de faible intensité. L’animal, en recherche permanente d’équilibre, fut ensuite toréé avec beaucoup de douceur lors d’une faena ambidextre esthétique mais manquant forcément d’intensité. Final encimista avec les traditionnelles circulaires à l’endroit et à l’envers, puis manoletinas précédant une entière en place foudroyante portée au second assaut. Oreille.

Le quatrième rémata fort contre un burladero et ne s’en remit pas. Après deux véroniques et une larga, le palco le fit tout de même piquer sous la bronca, une pique dont le bicho sortit sur les genoux. Le trio présidentiel comprit enfin qu’il fallait le changer.
Le quatrième rémata fort contre un burladero et ne s’en remit pas. Après deux véroniques et une larga, le palco le fit tout de même piquer sous la bronca, une pique dont le bicho sortit sur les genoux. Le trio présidentiel comprit enfin qu’il fallait le changer.
Le quatrième rémata fort contre un burladero et ne s’en remit pas. Après deux véroniques et une larga, le palco le fit tout de même piquer sous la bronca, une pique dont le bicho sortit sur les genoux. Le trio présidentiel comprit enfin qu’il fallait le changer.

Le quatrième rémata fort contre un burladero et ne s’en remit pas. Après deux véroniques et une larga, le palco le fit tout de même piquer sous la bronca, une pique dont le bicho sortit sur les genoux. Le trio présidentiel comprit enfin qu’il fallait le changer.

Le quatrième bis fut le plus intéressant de la course. Doté d’une certaine alegria, il sortit inédit du capote du biterrois, prit deux rations de fer modérées, puis fut convié à une faena où il chargea avec constance la muleta d’un Castella qui courut bien la main par moments, alternant avec une inégale intensité les deux bords. Toreo circulaire en fin de trasteo suivi d’une quasi-entière traserita complétée de deux descabellos. Salut au tiers.
Le quatrième bis fut le plus intéressant de la course. Doté d’une certaine alegria, il sortit inédit du capote du biterrois, prit deux rations de fer modérées, puis fut convié à une faena où il chargea avec constance la muleta d’un Castella qui courut bien la main par moments, alternant avec une inégale intensité les deux bords. Toreo circulaire en fin de trasteo suivi d’une quasi-entière traserita complétée de deux descabellos. Salut au tiers.
Le quatrième bis fut le plus intéressant de la course. Doté d’une certaine alegria, il sortit inédit du capote du biterrois, prit deux rations de fer modérées, puis fut convié à une faena où il chargea avec constance la muleta d’un Castella qui courut bien la main par moments, alternant avec une inégale intensité les deux bords. Toreo circulaire en fin de trasteo suivi d’une quasi-entière traserita complétée de deux descabellos. Salut au tiers.
Le quatrième bis fut le plus intéressant de la course. Doté d’une certaine alegria, il sortit inédit du capote du biterrois, prit deux rations de fer modérées, puis fut convié à une faena où il chargea avec constance la muleta d’un Castella qui courut bien la main par moments, alternant avec une inégale intensité les deux bords. Toreo circulaire en fin de trasteo suivi d’une quasi-entière traserita complétée de deux descabellos. Salut au tiers.
Le quatrième bis fut le plus intéressant de la course. Doté d’une certaine alegria, il sortit inédit du capote du biterrois, prit deux rations de fer modérées, puis fut convié à une faena où il chargea avec constance la muleta d’un Castella qui courut bien la main par moments, alternant avec une inégale intensité les deux bords. Toreo circulaire en fin de trasteo suivi d’une quasi-entière traserita complétée de deux descabellos. Salut au tiers.
Le quatrième bis fut le plus intéressant de la course. Doté d’une certaine alegria, il sortit inédit du capote du biterrois, prit deux rations de fer modérées, puis fut convié à une faena où il chargea avec constance la muleta d’un Castella qui courut bien la main par moments, alternant avec une inégale intensité les deux bords. Toreo circulaire en fin de trasteo suivi d’une quasi-entière traserita complétée de deux descabellos. Salut au tiers.
Le quatrième bis fut le plus intéressant de la course. Doté d’une certaine alegria, il sortit inédit du capote du biterrois, prit deux rations de fer modérées, puis fut convié à une faena où il chargea avec constance la muleta d’un Castella qui courut bien la main par moments, alternant avec une inégale intensité les deux bords. Toreo circulaire en fin de trasteo suivi d’une quasi-entière traserita complétée de deux descabellos. Salut au tiers.
Le quatrième bis fut le plus intéressant de la course. Doté d’une certaine alegria, il sortit inédit du capote du biterrois, prit deux rations de fer modérées, puis fut convié à une faena où il chargea avec constance la muleta d’un Castella qui courut bien la main par moments, alternant avec une inégale intensité les deux bords. Toreo circulaire en fin de trasteo suivi d’une quasi-entière traserita complétée de deux descabellos. Salut au tiers.
Le quatrième bis fut le plus intéressant de la course. Doté d’une certaine alegria, il sortit inédit du capote du biterrois, prit deux rations de fer modérées, puis fut convié à une faena où il chargea avec constance la muleta d’un Castella qui courut bien la main par moments, alternant avec une inégale intensité les deux bords. Toreo circulaire en fin de trasteo suivi d’une quasi-entière traserita complétée de deux descabellos. Salut au tiers.
Le quatrième bis fut le plus intéressant de la course. Doté d’une certaine alegria, il sortit inédit du capote du biterrois, prit deux rations de fer modérées, puis fut convié à une faena où il chargea avec constance la muleta d’un Castella qui courut bien la main par moments, alternant avec une inégale intensité les deux bords. Toreo circulaire en fin de trasteo suivi d’une quasi-entière traserita complétée de deux descabellos. Salut au tiers.
Le quatrième bis fut le plus intéressant de la course. Doté d’une certaine alegria, il sortit inédit du capote du biterrois, prit deux rations de fer modérées, puis fut convié à une faena où il chargea avec constance la muleta d’un Castella qui courut bien la main par moments, alternant avec une inégale intensité les deux bords. Toreo circulaire en fin de trasteo suivi d’une quasi-entière traserita complétée de deux descabellos. Salut au tiers.
Le quatrième bis fut le plus intéressant de la course. Doté d’une certaine alegria, il sortit inédit du capote du biterrois, prit deux rations de fer modérées, puis fut convié à une faena où il chargea avec constance la muleta d’un Castella qui courut bien la main par moments, alternant avec une inégale intensité les deux bords. Toreo circulaire en fin de trasteo suivi d’une quasi-entière traserita complétée de deux descabellos. Salut au tiers.
Le quatrième bis fut le plus intéressant de la course. Doté d’une certaine alegria, il sortit inédit du capote du biterrois, prit deux rations de fer modérées, puis fut convié à une faena où il chargea avec constance la muleta d’un Castella qui courut bien la main par moments, alternant avec une inégale intensité les deux bords. Toreo circulaire en fin de trasteo suivi d’une quasi-entière traserita complétée de deux descabellos. Salut au tiers.

Le quatrième bis fut le plus intéressant de la course. Doté d’une certaine alegria, il sortit inédit du capote du biterrois, prit deux rations de fer modérées, puis fut convié à une faena où il chargea avec constance la muleta d’un Castella qui courut bien la main par moments, alternant avec une inégale intensité les deux bords. Toreo circulaire en fin de trasteo suivi d’une quasi-entière traserita complétée de deux descabellos. Salut au tiers.

Le sixième fit une vuelta de campana après les véroniques d’accueil, poussa un peu sur la première pique dont il sortit en chutant, puis revint au cheval pour une seconde courte ration. L’animal humilia fort bien dans la muleta mais ne s’y livra pas, retenant ses charges et cabécéant sur la gauche. Sébastien essaya sur les deux bords, courut la main en début de faena mais le trasteo tourna court du fait du manque de fond de l’animal. Demi-lame après trois pinchazos. Silence.
Le sixième fit une vuelta de campana après les véroniques d’accueil, poussa un peu sur la première pique dont il sortit en chutant, puis revint au cheval pour une seconde courte ration. L’animal humilia fort bien dans la muleta mais ne s’y livra pas, retenant ses charges et cabécéant sur la gauche. Sébastien essaya sur les deux bords, courut la main en début de faena mais le trasteo tourna court du fait du manque de fond de l’animal. Demi-lame après trois pinchazos. Silence.
Le sixième fit une vuelta de campana après les véroniques d’accueil, poussa un peu sur la première pique dont il sortit en chutant, puis revint au cheval pour une seconde courte ration. L’animal humilia fort bien dans la muleta mais ne s’y livra pas, retenant ses charges et cabécéant sur la gauche. Sébastien essaya sur les deux bords, courut la main en début de faena mais le trasteo tourna court du fait du manque de fond de l’animal. Demi-lame après trois pinchazos. Silence.
Le sixième fit une vuelta de campana après les véroniques d’accueil, poussa un peu sur la première pique dont il sortit en chutant, puis revint au cheval pour une seconde courte ration. L’animal humilia fort bien dans la muleta mais ne s’y livra pas, retenant ses charges et cabécéant sur la gauche. Sébastien essaya sur les deux bords, courut la main en début de faena mais le trasteo tourna court du fait du manque de fond de l’animal. Demi-lame après trois pinchazos. Silence.
Le sixième fit une vuelta de campana après les véroniques d’accueil, poussa un peu sur la première pique dont il sortit en chutant, puis revint au cheval pour une seconde courte ration. L’animal humilia fort bien dans la muleta mais ne s’y livra pas, retenant ses charges et cabécéant sur la gauche. Sébastien essaya sur les deux bords, courut la main en début de faena mais le trasteo tourna court du fait du manque de fond de l’animal. Demi-lame après trois pinchazos. Silence.
Le sixième fit une vuelta de campana après les véroniques d’accueil, poussa un peu sur la première pique dont il sortit en chutant, puis revint au cheval pour une seconde courte ration. L’animal humilia fort bien dans la muleta mais ne s’y livra pas, retenant ses charges et cabécéant sur la gauche. Sébastien essaya sur les deux bords, courut la main en début de faena mais le trasteo tourna court du fait du manque de fond de l’animal. Demi-lame après trois pinchazos. Silence.
Le sixième fit une vuelta de campana après les véroniques d’accueil, poussa un peu sur la première pique dont il sortit en chutant, puis revint au cheval pour une seconde courte ration. L’animal humilia fort bien dans la muleta mais ne s’y livra pas, retenant ses charges et cabécéant sur la gauche. Sébastien essaya sur les deux bords, courut la main en début de faena mais le trasteo tourna court du fait du manque de fond de l’animal. Demi-lame après trois pinchazos. Silence.
Le sixième fit une vuelta de campana après les véroniques d’accueil, poussa un peu sur la première pique dont il sortit en chutant, puis revint au cheval pour une seconde courte ration. L’animal humilia fort bien dans la muleta mais ne s’y livra pas, retenant ses charges et cabécéant sur la gauche. Sébastien essaya sur les deux bords, courut la main en début de faena mais le trasteo tourna court du fait du manque de fond de l’animal. Demi-lame après trois pinchazos. Silence.
Le sixième fit une vuelta de campana après les véroniques d’accueil, poussa un peu sur la première pique dont il sortit en chutant, puis revint au cheval pour une seconde courte ration. L’animal humilia fort bien dans la muleta mais ne s’y livra pas, retenant ses charges et cabécéant sur la gauche. Sébastien essaya sur les deux bords, courut la main en début de faena mais le trasteo tourna court du fait du manque de fond de l’animal. Demi-lame après trois pinchazos. Silence.
Le sixième fit une vuelta de campana après les véroniques d’accueil, poussa un peu sur la première pique dont il sortit en chutant, puis revint au cheval pour une seconde courte ration. L’animal humilia fort bien dans la muleta mais ne s’y livra pas, retenant ses charges et cabécéant sur la gauche. Sébastien essaya sur les deux bords, courut la main en début de faena mais le trasteo tourna court du fait du manque de fond de l’animal. Demi-lame après trois pinchazos. Silence.

Le sixième fit une vuelta de campana après les véroniques d’accueil, poussa un peu sur la première pique dont il sortit en chutant, puis revint au cheval pour une seconde courte ration. L’animal humilia fort bien dans la muleta mais ne s’y livra pas, retenant ses charges et cabécéant sur la gauche. Sébastien essaya sur les deux bords, courut la main en début de faena mais le trasteo tourna court du fait du manque de fond de l’animal. Demi-lame après trois pinchazos. Silence.

Notes.

Poids des toros souvent optimiste.

Public (trois-quart d’entrée) qui applaudit souvent tout et n’importe quoi et palco au diapason.

Sortie a hombros pour Juan Bautista.

La reseña de Paco

http://torobravo.fr/

 

Sortie a hombros pour Juan Bautista
Sortie a hombros pour Juan Bautista
Sortie a hombros pour Juan Bautista
Sortie a hombros pour Juan Bautista
Sortie a hombros pour Juan Bautista
Sortie a hombros pour Juan Bautista

Sortie a hombros pour Juan Bautista

Partager cet article

Repost 0
Published by Jiès Arles - dans Ferias & Corridas
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Jiès Arles
  • Le blog de Jiès Arles
  • : Reportages et Photographies de la Culture et des Traditions Taurines, Arlésiennes et Provençales avec, de temps en temps, des billets "d'humeur" ou "d'humour" et des "coups de coeur" à partager car il n'y a pas que la tauromachie dans la vie ...
  • Contact