Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juin 2015 6 27 /06 /juin /2015 16:07
POUR CETTE CORRIDA J.M. MANZANARES (BLESSE) EST REMPLACE PAR ALBERTO LOPEZ SIMON ...

POUR CETTE CORRIDA J.M. MANZANARES (BLESSE) EST REMPLACE PAR ALBERTO LOPEZ SIMON ...

Succès total pour Alberto Lopez Simon lors de cette matinale dont il sort grand vainqueur avec quatre oreilles et un rabo dont une moitié symbolique, le sixième toro ayant obtenu une grâce dont on reparlera plus bas.

Succès total pour Alberto Lopez Simon lors de cette matinale dont il sort grand vainqueur avec quatre oreilles et un rabo dont une moitié symbolique, le sixième toro ayant obtenu une grâce dont on reparlera plus bas.

LES ARENEROS ISTREENS PRÉPARENT LA PRÉPARATION DE LA PISTE ... !

LES ARENEROS ISTREENS PRÉPARENT LA PRÉPARATION DE LA PISTE ... !

ARÈNES PLEINES ... TEMPS TRÈS ENSOLEILLÉ ET TRÈS CHAUD ... PEU DE VENT ...

ARÈNES PLEINES ... TEMPS TRÈS ENSOLEILLÉ ET TRÈS CHAUD ... PEU DE VENT ...

... FERIA D'ISTRES ... DIMANCHE 21 JUIN 2015 MATIN ... ALBERTO LOPEZ SIMON INDULTO ET TRIOMPHE ...
COUVRE-CHEFS DE RIGUEUR SOUS PEINE D'INSOLATION !

COUVRE-CHEFS DE RIGUEUR SOUS PEINE D'INSOLATION !

EUX AUSSI FONT LE PASEO ... ET LEUR BOULOT ...

EUX AUSSI FONT LE PASEO ... ET LEUR BOULOT ...

PALCO ... SALUT DES MAESTROS ... ET MAYORAL CONCENTRE ...

PALCO ... SALUT DES MAESTROS ... ET MAYORAL CONCENTRE ...

Toutes les conditions pour une belle corrida de figuras étaient réunies : beau soleil, une quasi-absence de vent, des toros  de Zalduendo de petit format souvent peu armés et collaborateurs à souhait (sous l’œil de leur nouveau ganadero, Antonio Baillares) et un public prêt à s’enthousiasmer. Bref, en ce jour de Fête des Pères, ce fut la fête des toreros, ou du moins de deux d’entre eux, car Talavante n’eut pas la satisfaction de quitter la plaza sous les applaudissement du public.
Toutes les conditions pour une belle corrida de figuras étaient réunies : beau soleil, une quasi-absence de vent, des toros  de Zalduendo de petit format souvent peu armés et collaborateurs à souhait (sous l’œil de leur nouveau ganadero, Antonio Baillares) et un public prêt à s’enthousiasmer. Bref, en ce jour de Fête des Pères, ce fut la fête des toreros, ou du moins de deux d’entre eux, car Talavante n’eut pas la satisfaction de quitter la plaza sous les applaudissement du public.
Toutes les conditions pour une belle corrida de figuras étaient réunies : beau soleil, une quasi-absence de vent, des toros  de Zalduendo de petit format souvent peu armés et collaborateurs à souhait (sous l’œil de leur nouveau ganadero, Antonio Baillares) et un public prêt à s’enthousiasmer. Bref, en ce jour de Fête des Pères, ce fut la fête des toreros, ou du moins de deux d’entre eux, car Talavante n’eut pas la satisfaction de quitter la plaza sous les applaudissement du public.
Toutes les conditions pour une belle corrida de figuras étaient réunies : beau soleil, une quasi-absence de vent, des toros  de Zalduendo de petit format souvent peu armés et collaborateurs à souhait (sous l’œil de leur nouveau ganadero, Antonio Baillares) et un public prêt à s’enthousiasmer. Bref, en ce jour de Fête des Pères, ce fut la fête des toreros, ou du moins de deux d’entre eux, car Talavante n’eut pas la satisfaction de quitter la plaza sous les applaudissement du public.
Toutes les conditions pour une belle corrida de figuras étaient réunies : beau soleil, une quasi-absence de vent, des toros  de Zalduendo de petit format souvent peu armés et collaborateurs à souhait (sous l’œil de leur nouveau ganadero, Antonio Baillares) et un public prêt à s’enthousiasmer. Bref, en ce jour de Fête des Pères, ce fut la fête des toreros, ou du moins de deux d’entre eux, car Talavante n’eut pas la satisfaction de quitter la plaza sous les applaudissement du public.

Toutes les conditions pour une belle corrida de figuras étaient réunies : beau soleil, une quasi-absence de vent, des toros de Zalduendo de petit format souvent peu armés et collaborateurs à souhait (sous l’œil de leur nouveau ganadero, Antonio Baillares) et un public prêt à s’enthousiasmer. Bref, en ce jour de Fête des Pères, ce fut la fête des toreros, ou du moins de deux d’entre eux, car Talavante n’eut pas la satisfaction de quitter la plaza sous les applaudissement du public.

Enrique Ponce ovationné en piste pour ses 25 ans d'alternative et honoré par la remise d'un trophée offert par Mireille Polo, présidente du CT Sébastien Castella

Enrique Ponce ovationné en piste pour ses 25 ans d'alternative et honoré par la remise d'un trophée offert par Mireille Polo, présidente du CT Sébastien Castella

Enrique Ponce semble se sentir bien dans le cocon istréen. C’est palpable quand on l’observe. C’est donc très détendu qu’il accueillit son premier par deux véroniques et demie, le fit piquer légèrement (une pique light et deux égratignures), puis l’entreprit par ces doblones genou plié qui sont un peu sa marque. Après deux correctes séries droitières, c’est au son du Concerto d’Aranjuez qu’il prit la main gauche pour de lentes et douces naturelles, repassant brièvement à droite et par de majestueux changements de main par devant revenant à babord pour de nouvelles naturelles tout aussi douces que les premières. Toreo de soie conclu par une trois-quart contraire après salut à l’orchestre. Hélas quatre descabellos firent s’envoler une possible oreille. Salut au tiers.
Enrique Ponce semble se sentir bien dans le cocon istréen. C’est palpable quand on l’observe. C’est donc très détendu qu’il accueillit son premier par deux véroniques et demie, le fit piquer légèrement (une pique light et deux égratignures), puis l’entreprit par ces doblones genou plié qui sont un peu sa marque. Après deux correctes séries droitières, c’est au son du Concerto d’Aranjuez qu’il prit la main gauche pour de lentes et douces naturelles, repassant brièvement à droite et par de majestueux changements de main par devant revenant à babord pour de nouvelles naturelles tout aussi douces que les premières. Toreo de soie conclu par une trois-quart contraire après salut à l’orchestre. Hélas quatre descabellos firent s’envoler une possible oreille. Salut au tiers.
Enrique Ponce semble se sentir bien dans le cocon istréen. C’est palpable quand on l’observe. C’est donc très détendu qu’il accueillit son premier par deux véroniques et demie, le fit piquer légèrement (une pique light et deux égratignures), puis l’entreprit par ces doblones genou plié qui sont un peu sa marque. Après deux correctes séries droitières, c’est au son du Concerto d’Aranjuez qu’il prit la main gauche pour de lentes et douces naturelles, repassant brièvement à droite et par de majestueux changements de main par devant revenant à babord pour de nouvelles naturelles tout aussi douces que les premières. Toreo de soie conclu par une trois-quart contraire après salut à l’orchestre. Hélas quatre descabellos firent s’envoler une possible oreille. Salut au tiers.
Enrique Ponce semble se sentir bien dans le cocon istréen. C’est palpable quand on l’observe. C’est donc très détendu qu’il accueillit son premier par deux véroniques et demie, le fit piquer légèrement (une pique light et deux égratignures), puis l’entreprit par ces doblones genou plié qui sont un peu sa marque. Après deux correctes séries droitières, c’est au son du Concerto d’Aranjuez qu’il prit la main gauche pour de lentes et douces naturelles, repassant brièvement à droite et par de majestueux changements de main par devant revenant à babord pour de nouvelles naturelles tout aussi douces que les premières. Toreo de soie conclu par une trois-quart contraire après salut à l’orchestre. Hélas quatre descabellos firent s’envoler une possible oreille. Salut au tiers.
Enrique Ponce semble se sentir bien dans le cocon istréen. C’est palpable quand on l’observe. C’est donc très détendu qu’il accueillit son premier par deux véroniques et demie, le fit piquer légèrement (une pique light et deux égratignures), puis l’entreprit par ces doblones genou plié qui sont un peu sa marque. Après deux correctes séries droitières, c’est au son du Concerto d’Aranjuez qu’il prit la main gauche pour de lentes et douces naturelles, repassant brièvement à droite et par de majestueux changements de main par devant revenant à babord pour de nouvelles naturelles tout aussi douces que les premières. Toreo de soie conclu par une trois-quart contraire après salut à l’orchestre. Hélas quatre descabellos firent s’envoler une possible oreille. Salut au tiers.
Enrique Ponce semble se sentir bien dans le cocon istréen. C’est palpable quand on l’observe. C’est donc très détendu qu’il accueillit son premier par deux véroniques et demie, le fit piquer légèrement (une pique light et deux égratignures), puis l’entreprit par ces doblones genou plié qui sont un peu sa marque. Après deux correctes séries droitières, c’est au son du Concerto d’Aranjuez qu’il prit la main gauche pour de lentes et douces naturelles, repassant brièvement à droite et par de majestueux changements de main par devant revenant à babord pour de nouvelles naturelles tout aussi douces que les premières. Toreo de soie conclu par une trois-quart contraire après salut à l’orchestre. Hélas quatre descabellos firent s’envoler une possible oreille. Salut au tiers.
Enrique Ponce semble se sentir bien dans le cocon istréen. C’est palpable quand on l’observe. C’est donc très détendu qu’il accueillit son premier par deux véroniques et demie, le fit piquer légèrement (une pique light et deux égratignures), puis l’entreprit par ces doblones genou plié qui sont un peu sa marque. Après deux correctes séries droitières, c’est au son du Concerto d’Aranjuez qu’il prit la main gauche pour de lentes et douces naturelles, repassant brièvement à droite et par de majestueux changements de main par devant revenant à babord pour de nouvelles naturelles tout aussi douces que les premières. Toreo de soie conclu par une trois-quart contraire après salut à l’orchestre. Hélas quatre descabellos firent s’envoler une possible oreille. Salut au tiers.
Enrique Ponce semble se sentir bien dans le cocon istréen. C’est palpable quand on l’observe. C’est donc très détendu qu’il accueillit son premier par deux véroniques et demie, le fit piquer légèrement (une pique light et deux égratignures), puis l’entreprit par ces doblones genou plié qui sont un peu sa marque. Après deux correctes séries droitières, c’est au son du Concerto d’Aranjuez qu’il prit la main gauche pour de lentes et douces naturelles, repassant brièvement à droite et par de majestueux changements de main par devant revenant à babord pour de nouvelles naturelles tout aussi douces que les premières. Toreo de soie conclu par une trois-quart contraire après salut à l’orchestre. Hélas quatre descabellos firent s’envoler une possible oreille. Salut au tiers.
Enrique Ponce semble se sentir bien dans le cocon istréen. C’est palpable quand on l’observe. C’est donc très détendu qu’il accueillit son premier par deux véroniques et demie, le fit piquer légèrement (une pique light et deux égratignures), puis l’entreprit par ces doblones genou plié qui sont un peu sa marque. Après deux correctes séries droitières, c’est au son du Concerto d’Aranjuez qu’il prit la main gauche pour de lentes et douces naturelles, repassant brièvement à droite et par de majestueux changements de main par devant revenant à babord pour de nouvelles naturelles tout aussi douces que les premières. Toreo de soie conclu par une trois-quart contraire après salut à l’orchestre. Hélas quatre descabellos firent s’envoler une possible oreille. Salut au tiers.

Enrique Ponce semble se sentir bien dans le cocon istréen. C’est palpable quand on l’observe. C’est donc très détendu qu’il accueillit son premier par deux véroniques et demie, le fit piquer légèrement (une pique light et deux égratignures), puis l’entreprit par ces doblones genou plié qui sont un peu sa marque. Après deux correctes séries droitières, c’est au son du Concerto d’Aranjuez qu’il prit la main gauche pour de lentes et douces naturelles, repassant brièvement à droite et par de majestueux changements de main par devant revenant à babord pour de nouvelles naturelles tout aussi douces que les premières. Toreo de soie conclu par une trois-quart contraire après salut à l’orchestre. Hélas quatre descabellos firent s’envoler une possible oreille. Salut au tiers.

Alejandro Talavante a soufflé le chaud et le froid sur le Palio. Le chaud d’abord lors d’une premier combat initié par véroniques pieds joints et revolera, poursuivi ensuite, après l’unique ration de fer, par un quite par trois chicuelinas et larga. Débutée par statuaires et cambio por la espalda, la faena prit son envol sur la main gauche, s’étoffa par quelques séries droitières au milieu desquelles s’inséra la désormais traditionnelle arrucina et s’acheva par manoletinas et nouvelle passe cambiada. Entière un peu tendida pour la conclusion complétée par deux descabellos. Salut au tiers.
Alejandro Talavante a soufflé le chaud et le froid sur le Palio. Le chaud d’abord lors d’une premier combat initié par véroniques pieds joints et revolera, poursuivi ensuite, après l’unique ration de fer, par un quite par trois chicuelinas et larga. Débutée par statuaires et cambio por la espalda, la faena prit son envol sur la main gauche, s’étoffa par quelques séries droitières au milieu desquelles s’inséra la désormais traditionnelle arrucina et s’acheva par manoletinas et nouvelle passe cambiada. Entière un peu tendida pour la conclusion complétée par deux descabellos. Salut au tiers.
Alejandro Talavante a soufflé le chaud et le froid sur le Palio. Le chaud d’abord lors d’une premier combat initié par véroniques pieds joints et revolera, poursuivi ensuite, après l’unique ration de fer, par un quite par trois chicuelinas et larga. Débutée par statuaires et cambio por la espalda, la faena prit son envol sur la main gauche, s’étoffa par quelques séries droitières au milieu desquelles s’inséra la désormais traditionnelle arrucina et s’acheva par manoletinas et nouvelle passe cambiada. Entière un peu tendida pour la conclusion complétée par deux descabellos. Salut au tiers.
Alejandro Talavante a soufflé le chaud et le froid sur le Palio. Le chaud d’abord lors d’une premier combat initié par véroniques pieds joints et revolera, poursuivi ensuite, après l’unique ration de fer, par un quite par trois chicuelinas et larga. Débutée par statuaires et cambio por la espalda, la faena prit son envol sur la main gauche, s’étoffa par quelques séries droitières au milieu desquelles s’inséra la désormais traditionnelle arrucina et s’acheva par manoletinas et nouvelle passe cambiada. Entière un peu tendida pour la conclusion complétée par deux descabellos. Salut au tiers.
Alejandro Talavante a soufflé le chaud et le froid sur le Palio. Le chaud d’abord lors d’une premier combat initié par véroniques pieds joints et revolera, poursuivi ensuite, après l’unique ration de fer, par un quite par trois chicuelinas et larga. Débutée par statuaires et cambio por la espalda, la faena prit son envol sur la main gauche, s’étoffa par quelques séries droitières au milieu desquelles s’inséra la désormais traditionnelle arrucina et s’acheva par manoletinas et nouvelle passe cambiada. Entière un peu tendida pour la conclusion complétée par deux descabellos. Salut au tiers.
Alejandro Talavante a soufflé le chaud et le froid sur le Palio. Le chaud d’abord lors d’une premier combat initié par véroniques pieds joints et revolera, poursuivi ensuite, après l’unique ration de fer, par un quite par trois chicuelinas et larga. Débutée par statuaires et cambio por la espalda, la faena prit son envol sur la main gauche, s’étoffa par quelques séries droitières au milieu desquelles s’inséra la désormais traditionnelle arrucina et s’acheva par manoletinas et nouvelle passe cambiada. Entière un peu tendida pour la conclusion complétée par deux descabellos. Salut au tiers.
Alejandro Talavante a soufflé le chaud et le froid sur le Palio. Le chaud d’abord lors d’une premier combat initié par véroniques pieds joints et revolera, poursuivi ensuite, après l’unique ration de fer, par un quite par trois chicuelinas et larga. Débutée par statuaires et cambio por la espalda, la faena prit son envol sur la main gauche, s’étoffa par quelques séries droitières au milieu desquelles s’inséra la désormais traditionnelle arrucina et s’acheva par manoletinas et nouvelle passe cambiada. Entière un peu tendida pour la conclusion complétée par deux descabellos. Salut au tiers.

Alejandro Talavante a soufflé le chaud et le froid sur le Palio. Le chaud d’abord lors d’une premier combat initié par véroniques pieds joints et revolera, poursuivi ensuite, après l’unique ration de fer, par un quite par trois chicuelinas et larga. Débutée par statuaires et cambio por la espalda, la faena prit son envol sur la main gauche, s’étoffa par quelques séries droitières au milieu desquelles s’inséra la désormais traditionnelle arrucina et s’acheva par manoletinas et nouvelle passe cambiada. Entière un peu tendida pour la conclusion complétée par deux descabellos. Salut au tiers.

Alberto Lopez Simon, au physique de clone de Talavante, accueillit son premier par quatre jolies véroniques et demie avant picotazo sur le picador de réserve et piqûre de rappel sur le titulaire, puis nouvelle égratignure sur le réserve. Quite de Lopez Simon par trois chicuelinas et demie, puis entame de faena agrémentée d’élégants changements de main par le devant. C’est par trois séries droitières  que le garçon s’assura de la collaboration de son opposant avant de passer à gauche pour quelques correctes naturelles. Après bref retour à droite pour quelques derechazos, le garçon se lança dans une séquence de toreo encimista et tremendista qui eut beaucoup d’impact sur le public. Après trois manoletinas, le garçon expédia le Zalduendo d’une lame très latérale, limite bajonazo, qui n’empêcha pas le généreux palco du jour de concéder une double récompense.
Alberto Lopez Simon, au physique de clone de Talavante, accueillit son premier par quatre jolies véroniques et demie avant picotazo sur le picador de réserve et piqûre de rappel sur le titulaire, puis nouvelle égratignure sur le réserve. Quite de Lopez Simon par trois chicuelinas et demie, puis entame de faena agrémentée d’élégants changements de main par le devant. C’est par trois séries droitières  que le garçon s’assura de la collaboration de son opposant avant de passer à gauche pour quelques correctes naturelles. Après bref retour à droite pour quelques derechazos, le garçon se lança dans une séquence de toreo encimista et tremendista qui eut beaucoup d’impact sur le public. Après trois manoletinas, le garçon expédia le Zalduendo d’une lame très latérale, limite bajonazo, qui n’empêcha pas le généreux palco du jour de concéder une double récompense.
Alberto Lopez Simon, au physique de clone de Talavante, accueillit son premier par quatre jolies véroniques et demie avant picotazo sur le picador de réserve et piqûre de rappel sur le titulaire, puis nouvelle égratignure sur le réserve. Quite de Lopez Simon par trois chicuelinas et demie, puis entame de faena agrémentée d’élégants changements de main par le devant. C’est par trois séries droitières  que le garçon s’assura de la collaboration de son opposant avant de passer à gauche pour quelques correctes naturelles. Après bref retour à droite pour quelques derechazos, le garçon se lança dans une séquence de toreo encimista et tremendista qui eut beaucoup d’impact sur le public. Après trois manoletinas, le garçon expédia le Zalduendo d’une lame très latérale, limite bajonazo, qui n’empêcha pas le généreux palco du jour de concéder une double récompense.
Alberto Lopez Simon, au physique de clone de Talavante, accueillit son premier par quatre jolies véroniques et demie avant picotazo sur le picador de réserve et piqûre de rappel sur le titulaire, puis nouvelle égratignure sur le réserve. Quite de Lopez Simon par trois chicuelinas et demie, puis entame de faena agrémentée d’élégants changements de main par le devant. C’est par trois séries droitières  que le garçon s’assura de la collaboration de son opposant avant de passer à gauche pour quelques correctes naturelles. Après bref retour à droite pour quelques derechazos, le garçon se lança dans une séquence de toreo encimista et tremendista qui eut beaucoup d’impact sur le public. Après trois manoletinas, le garçon expédia le Zalduendo d’une lame très latérale, limite bajonazo, qui n’empêcha pas le généreux palco du jour de concéder une double récompense.
Alberto Lopez Simon, au physique de clone de Talavante, accueillit son premier par quatre jolies véroniques et demie avant picotazo sur le picador de réserve et piqûre de rappel sur le titulaire, puis nouvelle égratignure sur le réserve. Quite de Lopez Simon par trois chicuelinas et demie, puis entame de faena agrémentée d’élégants changements de main par le devant. C’est par trois séries droitières  que le garçon s’assura de la collaboration de son opposant avant de passer à gauche pour quelques correctes naturelles. Après bref retour à droite pour quelques derechazos, le garçon se lança dans une séquence de toreo encimista et tremendista qui eut beaucoup d’impact sur le public. Après trois manoletinas, le garçon expédia le Zalduendo d’une lame très latérale, limite bajonazo, qui n’empêcha pas le généreux palco du jour de concéder une double récompense.
Alberto Lopez Simon, au physique de clone de Talavante, accueillit son premier par quatre jolies véroniques et demie avant picotazo sur le picador de réserve et piqûre de rappel sur le titulaire, puis nouvelle égratignure sur le réserve. Quite de Lopez Simon par trois chicuelinas et demie, puis entame de faena agrémentée d’élégants changements de main par le devant. C’est par trois séries droitières  que le garçon s’assura de la collaboration de son opposant avant de passer à gauche pour quelques correctes naturelles. Après bref retour à droite pour quelques derechazos, le garçon se lança dans une séquence de toreo encimista et tremendista qui eut beaucoup d’impact sur le public. Après trois manoletinas, le garçon expédia le Zalduendo d’une lame très latérale, limite bajonazo, qui n’empêcha pas le généreux palco du jour de concéder une double récompense.
Alberto Lopez Simon, au physique de clone de Talavante, accueillit son premier par quatre jolies véroniques et demie avant picotazo sur le picador de réserve et piqûre de rappel sur le titulaire, puis nouvelle égratignure sur le réserve. Quite de Lopez Simon par trois chicuelinas et demie, puis entame de faena agrémentée d’élégants changements de main par le devant. C’est par trois séries droitières  que le garçon s’assura de la collaboration de son opposant avant de passer à gauche pour quelques correctes naturelles. Après bref retour à droite pour quelques derechazos, le garçon se lança dans une séquence de toreo encimista et tremendista qui eut beaucoup d’impact sur le public. Après trois manoletinas, le garçon expédia le Zalduendo d’une lame très latérale, limite bajonazo, qui n’empêcha pas le généreux palco du jour de concéder une double récompense.
Alberto Lopez Simon, au physique de clone de Talavante, accueillit son premier par quatre jolies véroniques et demie avant picotazo sur le picador de réserve et piqûre de rappel sur le titulaire, puis nouvelle égratignure sur le réserve. Quite de Lopez Simon par trois chicuelinas et demie, puis entame de faena agrémentée d’élégants changements de main par le devant. C’est par trois séries droitières  que le garçon s’assura de la collaboration de son opposant avant de passer à gauche pour quelques correctes naturelles. Après bref retour à droite pour quelques derechazos, le garçon se lança dans une séquence de toreo encimista et tremendista qui eut beaucoup d’impact sur le public. Après trois manoletinas, le garçon expédia le Zalduendo d’une lame très latérale, limite bajonazo, qui n’empêcha pas le généreux palco du jour de concéder une double récompense.
Alberto Lopez Simon, au physique de clone de Talavante, accueillit son premier par quatre jolies véroniques et demie avant picotazo sur le picador de réserve et piqûre de rappel sur le titulaire, puis nouvelle égratignure sur le réserve. Quite de Lopez Simon par trois chicuelinas et demie, puis entame de faena agrémentée d’élégants changements de main par le devant. C’est par trois séries droitières  que le garçon s’assura de la collaboration de son opposant avant de passer à gauche pour quelques correctes naturelles. Après bref retour à droite pour quelques derechazos, le garçon se lança dans une séquence de toreo encimista et tremendista qui eut beaucoup d’impact sur le public. Après trois manoletinas, le garçon expédia le Zalduendo d’une lame très latérale, limite bajonazo, qui n’empêcha pas le généreux palco du jour de concéder une double récompense.

Alberto Lopez Simon, au physique de clone de Talavante, accueillit son premier par quatre jolies véroniques et demie avant picotazo sur le picador de réserve et piqûre de rappel sur le titulaire, puis nouvelle égratignure sur le réserve. Quite de Lopez Simon par trois chicuelinas et demie, puis entame de faena agrémentée d’élégants changements de main par le devant. C’est par trois séries droitières que le garçon s’assura de la collaboration de son opposant avant de passer à gauche pour quelques correctes naturelles. Après bref retour à droite pour quelques derechazos, le garçon se lança dans une séquence de toreo encimista et tremendista qui eut beaucoup d’impact sur le public. Après trois manoletinas, le garçon expédia le Zalduendo d’une lame très latérale, limite bajonazo, qui n’empêcha pas le généreux palco du jour de concéder une double récompense.

Le quatrième, pour Enrique Ponce, prit quelques capotazos, s’en fut ensuite pousser gentiment le picador avant de revenir vers Ponce pour un quite par trois parones et demie. Entame de faena à l’identique de la première, genou fléchi, puis une lente série droitière et deux circulaires enchaînées sans la moindre pause, libérant le bicho par un long pecho templé. C’est cette fois sur l’air du « Deguello » qu’il prit la main gauche pour de belles naturelles, rématant chaque série d’une trincherilla de cartel. C’est encore genou plié qu’il dessina des circulaires à l’endroit puis à l’envers avant de loger une entière au troisième assaut. Oreille.
Le quatrième, pour Enrique Ponce, prit quelques capotazos, s’en fut ensuite pousser gentiment le picador avant de revenir vers Ponce pour un quite par trois parones et demie. Entame de faena à l’identique de la première, genou fléchi, puis une lente série droitière et deux circulaires enchaînées sans la moindre pause, libérant le bicho par un long pecho templé. C’est cette fois sur l’air du « Deguello » qu’il prit la main gauche pour de belles naturelles, rématant chaque série d’une trincherilla de cartel. C’est encore genou plié qu’il dessina des circulaires à l’endroit puis à l’envers avant de loger une entière au troisième assaut. Oreille.
Le quatrième, pour Enrique Ponce, prit quelques capotazos, s’en fut ensuite pousser gentiment le picador avant de revenir vers Ponce pour un quite par trois parones et demie. Entame de faena à l’identique de la première, genou fléchi, puis une lente série droitière et deux circulaires enchaînées sans la moindre pause, libérant le bicho par un long pecho templé. C’est cette fois sur l’air du « Deguello » qu’il prit la main gauche pour de belles naturelles, rématant chaque série d’une trincherilla de cartel. C’est encore genou plié qu’il dessina des circulaires à l’endroit puis à l’envers avant de loger une entière au troisième assaut. Oreille.
Le quatrième, pour Enrique Ponce, prit quelques capotazos, s’en fut ensuite pousser gentiment le picador avant de revenir vers Ponce pour un quite par trois parones et demie. Entame de faena à l’identique de la première, genou fléchi, puis une lente série droitière et deux circulaires enchaînées sans la moindre pause, libérant le bicho par un long pecho templé. C’est cette fois sur l’air du « Deguello » qu’il prit la main gauche pour de belles naturelles, rématant chaque série d’une trincherilla de cartel. C’est encore genou plié qu’il dessina des circulaires à l’endroit puis à l’envers avant de loger une entière au troisième assaut. Oreille.
Le quatrième, pour Enrique Ponce, prit quelques capotazos, s’en fut ensuite pousser gentiment le picador avant de revenir vers Ponce pour un quite par trois parones et demie. Entame de faena à l’identique de la première, genou fléchi, puis une lente série droitière et deux circulaires enchaînées sans la moindre pause, libérant le bicho par un long pecho templé. C’est cette fois sur l’air du « Deguello » qu’il prit la main gauche pour de belles naturelles, rématant chaque série d’une trincherilla de cartel. C’est encore genou plié qu’il dessina des circulaires à l’endroit puis à l’envers avant de loger une entière au troisième assaut. Oreille.
Le quatrième, pour Enrique Ponce, prit quelques capotazos, s’en fut ensuite pousser gentiment le picador avant de revenir vers Ponce pour un quite par trois parones et demie. Entame de faena à l’identique de la première, genou fléchi, puis une lente série droitière et deux circulaires enchaînées sans la moindre pause, libérant le bicho par un long pecho templé. C’est cette fois sur l’air du « Deguello » qu’il prit la main gauche pour de belles naturelles, rématant chaque série d’une trincherilla de cartel. C’est encore genou plié qu’il dessina des circulaires à l’endroit puis à l’envers avant de loger une entière au troisième assaut. Oreille.
Le quatrième, pour Enrique Ponce, prit quelques capotazos, s’en fut ensuite pousser gentiment le picador avant de revenir vers Ponce pour un quite par trois parones et demie. Entame de faena à l’identique de la première, genou fléchi, puis une lente série droitière et deux circulaires enchaînées sans la moindre pause, libérant le bicho par un long pecho templé. C’est cette fois sur l’air du « Deguello » qu’il prit la main gauche pour de belles naturelles, rématant chaque série d’une trincherilla de cartel. C’est encore genou plié qu’il dessina des circulaires à l’endroit puis à l’envers avant de loger une entière au troisième assaut. Oreille.
Le quatrième, pour Enrique Ponce, prit quelques capotazos, s’en fut ensuite pousser gentiment le picador avant de revenir vers Ponce pour un quite par trois parones et demie. Entame de faena à l’identique de la première, genou fléchi, puis une lente série droitière et deux circulaires enchaînées sans la moindre pause, libérant le bicho par un long pecho templé. C’est cette fois sur l’air du « Deguello » qu’il prit la main gauche pour de belles naturelles, rématant chaque série d’une trincherilla de cartel. C’est encore genou plié qu’il dessina des circulaires à l’endroit puis à l’envers avant de loger une entière au troisième assaut. Oreille.

Le quatrième, pour Enrique Ponce, prit quelques capotazos, s’en fut ensuite pousser gentiment le picador avant de revenir vers Ponce pour un quite par trois parones et demie. Entame de faena à l’identique de la première, genou fléchi, puis une lente série droitière et deux circulaires enchaînées sans la moindre pause, libérant le bicho par un long pecho templé. C’est cette fois sur l’air du « Deguello » qu’il prit la main gauche pour de belles naturelles, rématant chaque série d’une trincherilla de cartel. C’est encore genou plié qu’il dessina des circulaires à l’endroit puis à l’envers avant de loger une entière au troisième assaut. Oreille.

RAS au capote pour Talavante face au quinto qui partit seul lever le cheval lors d’une unique rencontre où il reçut une ration de fer en arrière. Il arriva dans la muleta avec l’idée de cogner et il l’appliqua en derrotant à tout va sur les deux cornes. Talavante ne tenta rien pour corriger le défaut et se défit du mauvais coucheur d’une trois-quart tendida. Bronca après un descabello mettant un point final à la très courte prestation de l’extremeño.
RAS au capote pour Talavante face au quinto qui partit seul lever le cheval lors d’une unique rencontre où il reçut une ration de fer en arrière. Il arriva dans la muleta avec l’idée de cogner et il l’appliqua en derrotant à tout va sur les deux cornes. Talavante ne tenta rien pour corriger le défaut et se défit du mauvais coucheur d’une trois-quart tendida. Bronca après un descabello mettant un point final à la très courte prestation de l’extremeño.
RAS au capote pour Talavante face au quinto qui partit seul lever le cheval lors d’une unique rencontre où il reçut une ration de fer en arrière. Il arriva dans la muleta avec l’idée de cogner et il l’appliqua en derrotant à tout va sur les deux cornes. Talavante ne tenta rien pour corriger le défaut et se défit du mauvais coucheur d’une trois-quart tendida. Bronca après un descabello mettant un point final à la très courte prestation de l’extremeño.
RAS au capote pour Talavante face au quinto qui partit seul lever le cheval lors d’une unique rencontre où il reçut une ration de fer en arrière. Il arriva dans la muleta avec l’idée de cogner et il l’appliqua en derrotant à tout va sur les deux cornes. Talavante ne tenta rien pour corriger le défaut et se défit du mauvais coucheur d’une trois-quart tendida. Bronca après un descabello mettant un point final à la très courte prestation de l’extremeño.
RAS au capote pour Talavante face au quinto qui partit seul lever le cheval lors d’une unique rencontre où il reçut une ration de fer en arrière. Il arriva dans la muleta avec l’idée de cogner et il l’appliqua en derrotant à tout va sur les deux cornes. Talavante ne tenta rien pour corriger le défaut et se défit du mauvais coucheur d’une trois-quart tendida. Bronca après un descabello mettant un point final à la très courte prestation de l’extremeño.
RAS au capote pour Talavante face au quinto qui partit seul lever le cheval lors d’une unique rencontre où il reçut une ration de fer en arrière. Il arriva dans la muleta avec l’idée de cogner et il l’appliqua en derrotant à tout va sur les deux cornes. Talavante ne tenta rien pour corriger le défaut et se défit du mauvais coucheur d’une trois-quart tendida. Bronca après un descabello mettant un point final à la très courte prestation de l’extremeño.

RAS au capote pour Talavante face au quinto qui partit seul lever le cheval lors d’une unique rencontre où il reçut une ration de fer en arrière. Il arriva dans la muleta avec l’idée de cogner et il l’appliqua en derrotant à tout va sur les deux cornes. Talavante ne tenta rien pour corriger le défaut et se défit du mauvais coucheur d’une trois-quart tendida. Bronca après un descabello mettant un point final à la très courte prestation de l’extremeño.

« Zarando » n° 93, né en avril 2010, commença par faire plusieurs fois le tour de la piste avant de consentir à prendre le capote d'Alberto Lopez Simon pour quelques véroniques. Peu châtié au cheval en une unique ration de fer version light, il revint dans la cape d’Alberto Lopez Simon pour un quite par trois véroniques et larga. Début par cambios por la espalda avant quelques derechazos sur le voyage pour tester l’animal. Ce fut ensuite deux séries de naturelles rématées par farol et pecho, puis une alternance droite-gauche pour une séance de toreo de salon face à un carreton vivant sans la moindre once de méchanceté. Noblissime, il autorisa tout au garçon ravi de l’aubaine et qui s’en donna à cœur joie, ornementant son trasteo de molinetes par ci, de trincherillas par là, s’entourant le bicho à la ceinture à l’endroit comme à l’envers, au point que la foule chavira, et faisant abstraction d’un premier tiers symbolique, demanda l’indulto.
« Zarando » n° 93, né en avril 2010, commença par faire plusieurs fois le tour de la piste avant de consentir à prendre le capote d'Alberto Lopez Simon pour quelques véroniques. Peu châtié au cheval en une unique ration de fer version light, il revint dans la cape d’Alberto Lopez Simon pour un quite par trois véroniques et larga. Début par cambios por la espalda avant quelques derechazos sur le voyage pour tester l’animal. Ce fut ensuite deux séries de naturelles rématées par farol et pecho, puis une alternance droite-gauche pour une séance de toreo de salon face à un carreton vivant sans la moindre once de méchanceté. Noblissime, il autorisa tout au garçon ravi de l’aubaine et qui s’en donna à cœur joie, ornementant son trasteo de molinetes par ci, de trincherillas par là, s’entourant le bicho à la ceinture à l’endroit comme à l’envers, au point que la foule chavira, et faisant abstraction d’un premier tiers symbolique, demanda l’indulto.
« Zarando » n° 93, né en avril 2010, commença par faire plusieurs fois le tour de la piste avant de consentir à prendre le capote d'Alberto Lopez Simon pour quelques véroniques. Peu châtié au cheval en une unique ration de fer version light, il revint dans la cape d’Alberto Lopez Simon pour un quite par trois véroniques et larga. Début par cambios por la espalda avant quelques derechazos sur le voyage pour tester l’animal. Ce fut ensuite deux séries de naturelles rématées par farol et pecho, puis une alternance droite-gauche pour une séance de toreo de salon face à un carreton vivant sans la moindre once de méchanceté. Noblissime, il autorisa tout au garçon ravi de l’aubaine et qui s’en donna à cœur joie, ornementant son trasteo de molinetes par ci, de trincherillas par là, s’entourant le bicho à la ceinture à l’endroit comme à l’envers, au point que la foule chavira, et faisant abstraction d’un premier tiers symbolique, demanda l’indulto.
« Zarando » n° 93, né en avril 2010, commença par faire plusieurs fois le tour de la piste avant de consentir à prendre le capote d'Alberto Lopez Simon pour quelques véroniques. Peu châtié au cheval en une unique ration de fer version light, il revint dans la cape d’Alberto Lopez Simon pour un quite par trois véroniques et larga. Début par cambios por la espalda avant quelques derechazos sur le voyage pour tester l’animal. Ce fut ensuite deux séries de naturelles rématées par farol et pecho, puis une alternance droite-gauche pour une séance de toreo de salon face à un carreton vivant sans la moindre once de méchanceté. Noblissime, il autorisa tout au garçon ravi de l’aubaine et qui s’en donna à cœur joie, ornementant son trasteo de molinetes par ci, de trincherillas par là, s’entourant le bicho à la ceinture à l’endroit comme à l’envers, au point que la foule chavira, et faisant abstraction d’un premier tiers symbolique, demanda l’indulto.
« Zarando » n° 93, né en avril 2010, commença par faire plusieurs fois le tour de la piste avant de consentir à prendre le capote d'Alberto Lopez Simon pour quelques véroniques. Peu châtié au cheval en une unique ration de fer version light, il revint dans la cape d’Alberto Lopez Simon pour un quite par trois véroniques et larga. Début par cambios por la espalda avant quelques derechazos sur le voyage pour tester l’animal. Ce fut ensuite deux séries de naturelles rématées par farol et pecho, puis une alternance droite-gauche pour une séance de toreo de salon face à un carreton vivant sans la moindre once de méchanceté. Noblissime, il autorisa tout au garçon ravi de l’aubaine et qui s’en donna à cœur joie, ornementant son trasteo de molinetes par ci, de trincherillas par là, s’entourant le bicho à la ceinture à l’endroit comme à l’envers, au point que la foule chavira, et faisant abstraction d’un premier tiers symbolique, demanda l’indulto.
« Zarando » n° 93, né en avril 2010, commença par faire plusieurs fois le tour de la piste avant de consentir à prendre le capote d'Alberto Lopez Simon pour quelques véroniques. Peu châtié au cheval en une unique ration de fer version light, il revint dans la cape d’Alberto Lopez Simon pour un quite par trois véroniques et larga. Début par cambios por la espalda avant quelques derechazos sur le voyage pour tester l’animal. Ce fut ensuite deux séries de naturelles rématées par farol et pecho, puis une alternance droite-gauche pour une séance de toreo de salon face à un carreton vivant sans la moindre once de méchanceté. Noblissime, il autorisa tout au garçon ravi de l’aubaine et qui s’en donna à cœur joie, ornementant son trasteo de molinetes par ci, de trincherillas par là, s’entourant le bicho à la ceinture à l’endroit comme à l’envers, au point que la foule chavira, et faisant abstraction d’un premier tiers symbolique, demanda l’indulto.
« Zarando » n° 93, né en avril 2010, commença par faire plusieurs fois le tour de la piste avant de consentir à prendre le capote d'Alberto Lopez Simon pour quelques véroniques. Peu châtié au cheval en une unique ration de fer version light, il revint dans la cape d’Alberto Lopez Simon pour un quite par trois véroniques et larga. Début par cambios por la espalda avant quelques derechazos sur le voyage pour tester l’animal. Ce fut ensuite deux séries de naturelles rématées par farol et pecho, puis une alternance droite-gauche pour une séance de toreo de salon face à un carreton vivant sans la moindre once de méchanceté. Noblissime, il autorisa tout au garçon ravi de l’aubaine et qui s’en donna à cœur joie, ornementant son trasteo de molinetes par ci, de trincherillas par là, s’entourant le bicho à la ceinture à l’endroit comme à l’envers, au point que la foule chavira, et faisant abstraction d’un premier tiers symbolique, demanda l’indulto.

« Zarando » n° 93, né en avril 2010, commença par faire plusieurs fois le tour de la piste avant de consentir à prendre le capote d'Alberto Lopez Simon pour quelques véroniques. Peu châtié au cheval en une unique ration de fer version light, il revint dans la cape d’Alberto Lopez Simon pour un quite par trois véroniques et larga. Début par cambios por la espalda avant quelques derechazos sur le voyage pour tester l’animal. Ce fut ensuite deux séries de naturelles rématées par farol et pecho, puis une alternance droite-gauche pour une séance de toreo de salon face à un carreton vivant sans la moindre once de méchanceté. Noblissime, il autorisa tout au garçon ravi de l’aubaine et qui s’en donna à cœur joie, ornementant son trasteo de molinetes par ci, de trincherillas par là, s’entourant le bicho à la ceinture à l’endroit comme à l’envers, au point que la foule chavira, et faisant abstraction d’un premier tiers symbolique, demanda l’indulto.

L’occasion était trop belle pour que le garçon y résiste. Il joua le jeu en se profilant plusieurs fois pour tuer tout en regardant la foule. Et finalement le palco céda et sortit le mouchoir orange prouvant une nouvelle fois son absence de critères. Deux oreilles et rabo symboliques. Tant mieux pour le garçon qui est en train de relancer sa carrière et pour Istres qui fait parler d’elle. Le puriste que je suis restera quant à lui sur ses positions.
L’occasion était trop belle pour que le garçon y résiste. Il joua le jeu en se profilant plusieurs fois pour tuer tout en regardant la foule. Et finalement le palco céda et sortit le mouchoir orange prouvant une nouvelle fois son absence de critères. Deux oreilles et rabo symboliques. Tant mieux pour le garçon qui est en train de relancer sa carrière et pour Istres qui fait parler d’elle. Le puriste que je suis restera quant à lui sur ses positions.
L’occasion était trop belle pour que le garçon y résiste. Il joua le jeu en se profilant plusieurs fois pour tuer tout en regardant la foule. Et finalement le palco céda et sortit le mouchoir orange prouvant une nouvelle fois son absence de critères. Deux oreilles et rabo symboliques. Tant mieux pour le garçon qui est en train de relancer sa carrière et pour Istres qui fait parler d’elle. Le puriste que je suis restera quant à lui sur ses positions.

L’occasion était trop belle pour que le garçon y résiste. Il joua le jeu en se profilant plusieurs fois pour tuer tout en regardant la foule. Et finalement le palco céda et sortit le mouchoir orange prouvant une nouvelle fois son absence de critères. Deux oreilles et rabo symboliques. Tant mieux pour le garçon qui est en train de relancer sa carrière et pour Istres qui fait parler d’elle. Le puriste que je suis restera quant à lui sur ses positions.

Sortie a hombros (en compagnie du Mayoral de Zalduendo) pour Alberto Lopez Simon qui, après ses oreilles madrilènes, surfe sur la vague du succès. Qui aurait parié sur lui en début de saison ?acoompagné

Sortie a hombros (en compagnie du Mayoral de Zalduendo) pour Alberto Lopez Simon qui, après ses oreilles madrilènes, surfe sur la vague du succès. Qui aurait parié sur lui en début de saison ?acoompagné

Enrique Ponce et Alejandro Talavante sont sortis à pied "accompagnés" de façon "différente" par le public !!!
Enrique Ponce et Alejandro Talavante sont sortis à pied "accompagnés" de façon "différente" par le public !!!

Enrique Ponce et Alejandro Talavante sont sortis à pied "accompagnés" de façon "différente" par le public !!!

MERCI A L'AMI "PACO" POUR SA RESEÑA

A LIRE AUSSI SUR SON SITE http://torobravo.fr/

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Jiès Arles - dans Ferias & Corridas
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Jiès Arles
  • Le blog de Jiès Arles
  • : Reportages et Photographies de la Culture et des Traditions Taurines, Arlésiennes et Provençales avec, de temps en temps, des billets "d'humeur" ou "d'humour" et des "coups de coeur" à partager car il n'y a pas que la tauromachie dans la vie ...
  • Contact